Côte d’Ivoire: Le président Gbagbo arrive, mais après, on fait comment ?

Le président Gbagbo arrive enfin le 17 juin prochain, sans son ministre Charles Blé Goudé qui est annoncé à Paris pour un grand meeting de gratitude à la diaspora ivoirienne et africaine pour le 26 juin 21. Maintenant que la victoire est connue, on fait quoi et comment à son retour effectif dans quelques jours seulement ?

Retour du président Gbagbo mais sans Blé Goudé

La joie de ses sympathisants, de ses militants et de tous les ivoiriens de le revoir après plus de 10 ans d’absence sur le territoire, tout le monde se met dans l’organisation de son retour. Toute la Côte d’Ivoire sera ce jour-là tellement en ébullition que, le pouvoir se pose la question de savoir comment sécuriser cette marée humaine.

En même temps c’est un ancien chef d’état alors certains ivoiriens et ils sont nombreux, voudraient bien le lui témoigner ce jour-là. Le retour du président Gbagbo est devenu une finale d’une coupe mondiale de football. Ceux qui seront dans le stade le verront et les autres, le suivront à travers les réseaux sociaux, puisque la RTI ne va pas se permettre de faire une retransmission en direct, qui pouvait tout de même contribuer à lui faire revenir ses boudeurs.

Des prises de position ont renforcé encore davantage son aura qui pousse à la curiosité populaire. Mais il arrive sans son bras droit avec qui, il a passé tout ce temps dans les prisons de la cour pénale internationale, Charles Blé Goudé.

Si la présence du président Gbagbo peut contribuer à booster des énergies dormantes, c’est tant mieux, mais il ne faudrait pas en faire seulement que des excuses pour ne pouvoir rien concocter.

Sur le plan politique, en dehors de ses deux formations politiques, le FPI et l’EDS, les autres devront attendre et pour longtemps. Il y aura tellement fort à faire dans ses familles biologique et politique qu’il ne sera pas disposé à panser d’autres plaies et carences de certains et surtout des partis politiques comme le PDCI RDA qui a pris une part importante dans ce retour.

Le président Gbagbo rentre avec ses victoires. Il a ce droit de revenir chez lui. C’est un miraculeux qui rentre au bercail après qu’il soit blanchi là où on n’en sort jamais presque. C’est un grand chanceux.

Il faut organiser des fêtes, mais après que tout le monde soit revenu de cette joie, on fait comment ? C’est vrai que le contenu des discours méprisants ou peureux sera coloré de riposte car en face, il y aura de la riposte. La vie sociopolitique ivoirienne sera bien animée.

Dans tout ça, il ne faut pas occulter son fils Michel qui a tout fait pour être élu député. Le premier bénéficiaire des retombées, car lui au moins, est capitalisable politiquement, il ne faudrait pas que les autres soient surpris ou grincheux de le voir gravir les bonnes marches de toutes ses formations politiques.

Les autres ont encore ce temps de préparer leurs projets politiques et autres suggestions pour qu’après qu’il se soit reposé, il les aide à peaufiner pour la fin. Il ne va pas se substituer au président Bédié par exemple pour régler ce qui ne va pas dans son parti politique et ce n’est pas si évident, d’une éventuelle alliance politique car il sera vraiment au fait de tout étant sur place. Mais, on ne sait jamais. Le président Gbagbo arrive, c’est l’essentiel.

                                                               Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.