Côte d’Ivoire: quand le système mis en place, réécrit l’histoire ivoirienne, les ivoiriens se désarment

   M. Ouattara n’est-il pas entrain de réécrire l’histoire de la Côte d’Ivoire ?

Vers une nouvelle histoire pour la Côte d’Ivoire?

Les ivoiriens semblent ne plus donner de l’intérêt et du goût à leur pays. Ils sont entrain de quitter le pays sous le prétexte de ne plus avoir cet amour pour la lutte de leur patrie.

Prenons, l’exemple de Soro Guillaume. Il a fait des erreurs graves en aidant l’invasion des stratèges venus pour chasser les ivoiriens de leur sol. Il s’en est rendu compte de son abomination, se soustrayant d’eux pour revenir, aider ses compatriotes à se ressaisir. Cependant, il n’a pas très tôt communiqué pour livrer l’essence de son divorce qu’il rentre dans l’invective et les règlements de compte.

Comme un naufragé, Soro Guillaume n’a pas été compris et il se cherche, pour se retrouver tout seul, isolé dans le silence, même pas, un seul jour, un de ceux qui le suivent, ne prendra plus de ses nouvelles et il sera abandonné. S’il ne fait pas attention, même sa femme à force de subir des frustrations, la honte, risque de partir. Je ne le souhaite, mais il y a des réalités qui poussent à des décisions draconiennes. Le peu d’ivoiriens, conjuguent leurs espoir et efforts dans les prières.

L’amour patriotique part du cœur des ivoiriens. Il suffit de faire le tour des consulats pour s’en rendre compte, du nombre de demandes de visas que les ivoiriens sollicitent, c’est à croire que c’est la fuite des cerveaux.

Si, les ivoiriens de souche, quittent le pays sous le prétexte qu’ils n’en peuvent plus, face à l’invasion des étrangers, qui contera l’histoire à ceux qui vont naître ? Si tout le monde fuit l’adversité, qui mènera la riposte ?

Une complicité des politiques?

Les politiques en complicité avec ces laudateurs, participent à l’abandon et à la fuite de ces cerveaux. Notre mode de vie et notre culture qui se reposent sur l’oralité, qui restera pour parler aux futures générations pour leur enseigner l’histoire de la lutte actuelle pour donner cet amour à la nouvelle Côte d’Ivoire. Les partis politiques ont tous échoué.

Soro a manqué la direction de son destin et celui de ses compatriotes. Il va s’ennuyer. Les ivoiriens ne lisent plus, comment archiver le savoir du combat pour le léguer aux générations futures? Soro Guillaume, tous les ivoiriens comptaient sur toi pour réécrire cette nouvelle page à laquelle tu as contribué à saboter et détruire les vraies valeurs cardinales pour faire la place aux étrangers. Le voilà, lui-même dans la nasse.

Aujourd’hui dans tous les coins et recoins de la planète, on trouve des ivoiriens et ceux-là, n’ont plus cette envie de revenir, car tous leurs parents de qualité sont décédés soit par la guerre ou par le corollaire de cette guerre.

Dans leur propre village ou quartier, il n’y a plus personne et deviennent des étrangers chez eux. Les ivoiriens authentiques fuient la misère et ceux qui sont restés faute de moyens, sont dans la délation, la joie et le plaisir. L’essentiel leur passe sur le nez et ils abandonnent tout.

La Grèce actuelle a été repeuplée, l’Australie et très bientôt, la Côte d’Ivoire. Les jeunes fuient le village pour la ville et de la ville pour l’aventure. Personne ne travaille pour rester développer le pays, tous travaillent pour quitter, abandonner leur terre.

Le président Bédié et tous les autres responsables politiques, sont devenus des preneurs d’otage, du destin de leurs compatriotes. Ils ne vont pas dire, qu’ils ne font pas ce constat car tout ce qui les importe, c’est d’aller à des élections, perdues d’avance, pour sauvegarder leurs intérêts personnels ou familiaux.

Les orpailleurs clandestins, maintenant c’est eux qui font la loi en corrompant les magistrats dans les départements qui sanctionnent les ivoiriens pour leur céder toutes les terres, leur seul héritage.

Où va la Côte d’Ivoire où tout le monde se promène sans aucune conviction réelle pour le pays qui est entrain de leur échapper ? La sincérité, la bonne foi, l’honnêteté qui caractérisaient l’ivoirien, se sont transformées en délation, mensonge, colportation et c’est la dépravation totale des mœurs. Les ivoiriens dans leur lutte de survie, ont dérouté l’humain pour devenir des proies faciles aux prédateurs économiques qui les gouvernent.

Il est grand temps de se ressaisir et pour y arriver, il faut quelqu’un qui aime foncièrement la Côte d’Ivoire et les ivoiriens, pour partager peine, souffrance pour aboutir au bonheur, dont les bénéficiaires ne joueront plus avec la matrice, mais sauront véritablement thésauriser les cardinales. La peur détruit et pendant ce temps, M. Ouattara réécrit l’histoire de la Côte d’Ivoire avec la souffrance et dans la division.

                                                                                      Joël ETTIEN

                             Directeur de publication : businessactuality.com        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.