Côte d’Ivoire: Que deviendrait le PDCI RDA dans les temps à venir ?

Le PDCI RDA éclatera-t-il à l’ouverture de la guerre de succession en son sein ? Le plus vieux parti politique ivoirien, le PDCI RDA, traverse des moments encore plus terribles qu’en 1999, période à laquelle il a été renversé par un coup de militaire. En effet, les rumeurs de l’arrivée de Thiam n’enchantent pas bon nombre et tout le monde a le regard tourné vers le président Bédié.

PDCI RDA, attention à l’explosion

Jamais un parti politique ne s’est porté mal comme le PDCI RDA en ce moment. Les risques de son explosion sont évidents et ses signaux sont tous au rouge. Si l’annonce de l’arrivée de Thiam s’avérait exacte pour prendre la place du vieux Bédié, c’est l’émiettement nous dit un cadre qui estime qu’un successeur à ce poste, devrait montrer son degré de militantisme.

On lit ça et là que Maurice Kakou Guikahué sera sacrifié sur l’autel de l’arrivée de Thiam. Au tour donc du capitaine courage comme l’ont surnommé certains militants, le secrétaire exécutif en chef, Guikahué d’être dans la zone de mire. Pour le mettre à l’écart, le vieux Bédié tente toutes les stratégies. D’abord, la création du comité politique confié à l’ancien ministre de la santé, Alla Rémi et la machine PDCI RDA semble grippé. Pour l’heure, le vieux Bédié enterre ses vieux militants. Il a trop de cadavres dans son placard.

Mais qu’est-ce qui adviendra si le président Bédié ne présente pas son successeur avant le pire ? C’est la question que beaucoup se posent et la réponse est formelle: c’est l’éclatement de ce parti, nous dit un observateur de la vie sociopolitique ivoirienne.

Comme on le voit, si rien n’est fait, la guerre de succession au PDCI RDA risquerait de le voir voler en éclat car, les Bétés, Ebriés, Baoulés, Dioula, Agni, etc, chaque groupe se sentant floué, prendra sa part. Aussi, comme certains cadres de ce parti sont pour la plupart des hommes d’affaires, des grands planteurs, des employés militants, c’est le RHDP qui s’en laverait les mains, car puisqu’il est au pouvoir, il verra ses rangs grossir.

Le vieux Bédié le sait, il n’est pas un novice en la matière. Cependant, n’aurait-il pas laissé ses cadres s’entrainés pour cette compétition ? Pendant ce temps, il y a d’autres cadres floués dans leur âme par des frustrations et des suspensions, comme c’est le cas du ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale, KKB qui n’arrête pas de clamer son militantisme et son amour.

Comment y remédier ? D’abord, il appartient au président Bédié de tout faire pour faire le rappel des troupes et sans exclusion, puisque tous les militants de ce parti attendent le prochain congrès pour le lancement des hostilités. C’est au cours de ce congrès que celui qui fait limer les lames, serait présenté aux congressistes, et il se nomme Thiam. Si c’est vraiment lui le dauphin du vieux, est-ce qu’il trouvera les mots nécessaires pour contenter les uns et les autres qui visent tous les élections présidentielles de 2025 ? A la question du choix de ce dernier, chacun affûte ses stratégies et entraine ses joueurs et supporters.

Maurice Kakou Guikahué qui se dit avoir trop donné à ce parti et pour lequel il a fait la prison, ne se laisserait pas faire. Allah Rémi, l’actuel chargé du comité politique, aura ses chances réduites par l’arrivée de Thiam. Il y a aussi le bouillant KKB qui se bat pour son intégration et aussi pour ne pas succomber à la tentation du RHDP. Jean-Louis Billon qui n’a pas attendu le son des gons pour se détacher de la ligne de conduite, a lancé officiellement sa candidature et sans oublier aussi Thierry Tano caché sous l’ombre du vieux, que deviendra le PDCI RDA ?

Les ivoiriens attendent tous le congrès de ce parti politique, le plus vieux et celui qui a plus de cadres.

                                                           Blé Gnazégbo Laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.