Côte d’Ivoire: Que tous ceux qui sont nés en mars, soutiennent Hamed Bakayoko.

Le mois de mars, est un mois de naissance des grands leaders à tous les niveaux et je voudrais profiter pour souhaiter joyeux anniversaire à tous les nés dans ce mois. Que tous ceux qui sont nés en mars, se lève pour apporter leur soutien à Hamed Bakayoko.

Je ne pourrai les citer tous, mais j’en ferai l’ouverture sur certains. A commencer par mon petit-fils mon Champion, Frédéric Meiway, Hamed Bakayoko et moi-même, nous sommes nés en mars.

Le 8 mars était l’anniversaire de notre premier ministre Hamed Bakayoko qui se trouve hors du pays pour des soins. Est-ce que nous qui sommes nés dans le même mois que lui, devrions-nous taire sur son cas ? Je dis non et suivez mon regard. Dans une famille, une naissance est toujours source de joie et de bonheur. Quand ma défunte mère Ané Ahou portait ma grossesse, mon défunt père Ettien Brou, était dans l’attente d’un garçon, à cette époque, les échographies n’existaient pas. Un mercredi du mois de mars, sous les tropiques ensoleillées de mon beau village d’Abongoua, la jeune Ahou a commencé à avoir ses contractions, et c’était à midi.

Elle n’avait pas encore l’expérience et le courage de telles épreuves et elle était soutenue par toutes les savantes en matière de soutien à l’accouchement, une première solidarité. De ce premier mercredi, c’est le mercredi d’après, le 20 mars encore à midi, qu’un vieux nigérien de passage, entendant les cris de douleur de ma mère, demanda à voir le futur papa pour lui prodiguer des conseils en ces termes, ta femme souffre parce que le petit, veut qu’elle tienne un couteau ou une machette dans ses mains avant de sortir. C’était tellement banal que mon défunt père, s’est exécuté et à midi, je naquis.

Je sais que tous ceux qui sont nés en mars ont leurs petites anecdotes qui meublent le mystère de leur naissance et plus tard, moi que toute la famille croyait devenir planteur, je suis devenu, communicateur, ironie du sort. Mes deux parents biologiques ne vivent plus, la dernière ma maman a tiré sa révérence le jeudi 20 janvier dernier.

Meiway est devenu grand artiste chanteur-compositeur, Hamed Bakayoko homme politique et nous sommes nombreux avec chacun, son destin et sa destinée. Pourquoi voulez-vous que Meiway, Joël ETTIEN, Kyllian mon petit-fils et tous les autres, manquions de solidarité pour un des nôtres en souffrance ? Nous qui sommes nés en mars, sommes solidaires, c’est pourquoi en notre nom à tous, je voudrais apporter notre vive compassion et nos prières de guérison rapide à M. Hamed Bakayoko et qu’il reprenne ses fonctions politiques.

Qui d’autre que nous, pourra activer et actionner notre élan de solidarité ? Pourquoi vouloir souhaiter la mort d’un des nôtres et restez indifférents ? Meiway, Kyllian, Joël ETTIEN, où êtes-vous pour soutenir et défendre notre frère Hamed Bakayoko ? Meiway, sort de ton silence car notre frère Hamed Bakayoko a besoin de nos prières et de nous-mêmes à ses côtés, au moment où tout le monde lui donne pour mort. Non, n’acceptons pas qu’il y ait cette fissure pour nous fragiliser, alors frère, sorts de son isolement et de ton attentisme, Hamed Bakayoko a besoin de nous pour son renfort.

A nous tous, joyeux anniversaires, mon cher frère Hamed Bakayoko, tu n’es pas seul da ns cette aventure difficile, tu as notre soutien à tous égards. A nous tous, grande prière d’unité et de solidarité pour notre frère, Hamed Bakayoko !

                                                               Joël ETTIEN

                         Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.