Côte d’Ivoire / Retour du président Gbagbo: que gagnerait le président Ouattara à lui livrer des honneurs?

Que gagnerait le président Ouattara à priver le président Gbagbo de tous ses droits et ses privilèges ? Nous assistons malheureusement ou heureusement à une nouvelle classe émergente de donneurs de leçons invisibles, qui savent tout, qui voient tout et ordonnent tout et les autres suivent sans les connaître grâce aux réseaux sociaux. Ces nouveaux tyrans ordonnent et les autres suivent dans l‘invisible et la terre tremble. Mais au fond, pourquoi le président Ouattara limiterait l’existence de son frère Gbagbo acquitté et qui doit rentrer chez lui ?

Le retour du président Gbagbo approche à grand pas

Quand un peuple n’est pas capable d’assumer ses responsabilités, il se cache toujours derrière des avatars et prolonge sa souffrance, sa propre souffrance et c’est le cas des ivoiriens. Les partis politiques ont complétement dénaturé la politique. La conception des ivoiriens de la politique est complètement étriquée. Ils croient plus à tout ce qui provient du virtuel et y mènent un combat aussi virtuel.

Ouattara est le président de la Côte d’Ivoire. Pour en arriver là, il sait qui lui ont été d’un support et les vertes et pas mûres qu’il a traversés. N’a-t-on pas coutume d’entendre que l’argent n’aime pas le bruit, pourquoi voulez-vous que la politique l’adule ?

Même si les faits ont sacralisé le président Gbagbo pour faire de lui un grand esprit, le président Ouattara sait qu’il a besoin de son frère, car il veut la paix et passer à une autre vitesse de sa logique de gouvernance. Il est le président de la république de ce pays, c’est-à-dire, le vainqueur de toutes les crises que son pays a connues liées à son accession au pouvoir. A cette mesure, il peut décider de qui peut rentrer sur son territoire, mais pas interdire le sol à un ivoirien, qui plus est, un ancien président de ce pays comme il l’est aujourd’hui.

Il y a trop d’agitations nourrissant des franges d’individus qui savent lire entre les lignes pour s’octroyer des regards. Il y a trop de bruit populaire pour rien. Le président Gbagbo va rentrer dans son pays le 17 juin 21 et il y aura tous les honneurs dus à son rang. Comme le même Gbagbo l’avait autorisé quand c’était le tour du président Bédié, de lui-même M. Ouattara, pourquoi à son tour ils tenteraient d’obscurcir son horizon ?

Et si le président Gbagbo était reçu avec tous les honneurs !

Ce qui doit maintenant préoccuper, c’est son accueil. Si la présence du président Gbagbo pouvait créer des emplois, envoyer de l’argent dans les caisses vides en ce moment, on pouvait comprendre le sens de cette crainte. Ce qui supposerait, qu’il vient pour devenir président de la république, mais pour l’heure, il faut attendre encore 5 ans.

Elle est où la crainte donc ? Mais il faut retenir bien une chose, le président Ouattara veut de son frère Gbagbo pour passer à une étape de sa conception d’amour à l’égard de ses frères et sœurs. Il veut la paix et la réconciliation nationale, c’est pourquoi il est serein et imperturbable quand certains de son camp s’agitent, toutefois il devrait aussi mettre de l’ordre. Il y a trop de cacophonie.

Qui sait ce qu’ils se disent dans l’antichambre de leur secret ? Nous sommes en politique, qui est la saine appréciation des choses du moment, bonnes ou mauvaises. Parmi tous les ivoiriens, chacun connaît sa place et sait qui est qui. Le président Gbagbo arrive et il aura tous les honneurs et il sera en sécurité.

Et si dans ce conglomérat de diversions, le président Gbagbo donnait ses premières accolades au président Ouattara avant tout le monde, qui diraient ces avatars ?

                                                                    Joël ETTIEN

                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.