Côte d’Ivoire: Tous sont coupables, personne ne doit s’attendre à des lauriers.

Accélération de la normalisation dans les normes d’une paix et d’une réconciliation, personne ne doit s’attendre à recevoir des lauriers, encore que beaucoup ont une part importante, même mauvaise et/ou de qualité. Celui qui croit qu’on se rendrait chez lui pour lui attribuer des gallons, va attendre longtemps. Tout le monde est coupable et personne doit s’attendre à recevoir des gallons sur ses épaules pour avoir contribué à dévaster tout un peuple.

Tous sont coupables

Les deux guerres mondiales ont occasionné plusieurs milliers de morts et c’était l’Allemagne qui voulait absolument annexer la France et aujourd’hui, les deux pays sont devenus la locomotive économique de l’union européenne. Quand on parle de guerre, c’est la tristesse et l’amertume.

Heureusement qu’il y a le président Gbagbo, un des acteurs majeurs de cette crise qui va tenter de proposer des voies pour avoir de la voix. Depuis qu’une certaine opposition s’était sucrée sur la douleur et le malheur de ce peuple meurtri, aucun opposant n’a pris le chemin qu’il est en train de proposer.

En Allemagne, en France, en Suisse et dans bien de pays, ce sont des faux cimetières sous la forme de stèle qu’on crée pour immortaliser les morts. Les américains en ont à Nanterre, perché sur une colline. En Allemagne, un grand espace a été dédié aux juifs tués pendant ces guerres et aujourd’hui, ces endroits sont devenus des sites historiques ouverts au monde.

Dans cette guerre ivoirienne dont la France était l’actionnaire majoritaire, il y a des morts et, des vivants qui seront obligés de se taire s’ils ne veulent pas écrire pour laisser à la postérité leur témoignage.

Qui est propre dans ce qui s’est passé depuis 1999 ? Qui veut qu’on l’éloigne parce qu’il serait le plus saint ? Seulement, il manquait un vrai opposant, un vrai contre-pouvoir, pour actionner des leviers et c’est Laurent Gbagbo, qui est déterminé dans cette sainteté qui ne le dédouane pas non plus.

Aucun ivoirien ne peut s’attendre à un traitement meilleur que les autres. Tous doivent comprendre l’essentiel pour s’incliner sur la mémoire qui devient symbolique et lourde. Tous les acteurs politiques ivoiriens ont été complices, collabos, les uns contre les autres. Soro ne va pas dire ici qu’il était le Christ et qu’on doit lui ouvrir les portes de la pureté et du pardon spécial. Konan Bédié non plus, ne doit pas s’asseoir les bras croisés dans son salon et voir des jeunes filles vierges, alignées comme des fourmis, lui déposer des lingots d’or. Alassane Ouattara ne va pas dire comme c’est moi le président de la république, on doit me laver les pieds tous les matins, ainsi de suite.

Si chacun a été victime ou s’est mis dans un camp contre les autres, il est fautif et donc le pardon doit s’imposer à tous. La réconciliation et la paix doivent être une obligation.

Le président Gbagbo redevient cet opposant comme quand il était face au président Houphouët Boigny, puisqu’il n’y a personne pour assumer cette fonction. L’homme croule sous le poids de la fatigue, mais n’a pas le choix.

Donc, que certains se disent soit ouvertement ou en sourdine qu’il s’est laissé manipuler par la France contre le pouvoir du président Gbagbo. Dieu merci, ils ne sont pas morts, qu’ils profitent du peu ou long temps qui leur reste à poser des actes majeurs pour marquer la conscience collective.

La vie est courte selon et longue selon aussi, c’est pourquoi ils doivent chercher des clés, des lois, pour sécuriser leur pays, qui n’est pas encore sortie de l’ornière puisque la France est encore présente sur son sol avec son armée pour la protection de ses intérêts. C’est cela, le problème que tous voient et que personne n’ose aborder.

                                                Joël ETTIEN

           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.