Côte d’Ivoire: Trois pandémies dans le quotidien des ivoiriens, prudence!

La grippe aviaire et le virus Ebola viennent encore surcharger l’anxiété des ivoiriens quand un Coronavirus leur dicte ses lois. Trois pandémies dans le quotidien des ivoiriens, ç’en est de trop et tant pis pour les plus têtus.

Trois pandémies dans la ville

On se souvient quand elle sévissait et que le gouvernement pensait pouvoir l’éradiquer, il y avait eu des chansons pour conjurer ce mauvais sort. Tous les ivoiriens ont cru que plus jamais elle ne reviendrait pour troubler leur quiétude et elle est arrivée.

Pendant que le virus Ebola tuait à côté des ivoiriens, le président Ouattara s’est battu pour barricader son peuple contre ce virus et son pays a été épargné. Malheureusement, il est aussi arrivé. Pour cette fois, l’alerte a été lancée pour avertir les ivoiriens de ce que ces deux virulents virus sont présents et les inviter à respecter les mesures barrières.

La grippe aviaire se trouve dans la viande du poulet. Cependant, les poulets qui se vendent aux abords des rues ivoiriennes, sont trop blancs, fades et demander de ne pas les manger, c’est autre crime que le pouvoir commettrait. Quant au virus Ebola, il se contracte dans la consommation de la viande brousse. Comment la gouvernement arriverait-il à inviter les ivoiriens d’éviter sa consommation ? Un nouveau défi se pose. Pourtant, il y a la mort dans ces viandes de brousse.

Quant au Coronavirus qui ne se laisser pas compter, il continue de décimer des populations entières. La science qui produit ses propres armes pour tuer cette pandémie, est à craindre. Il impose ses contraintes et là aussi pour l’éviter, il y a des mesures à respecter.

Maintenant les ivoiriens sont confrontés à trois virus mortels et s’ils ne respectent les consignes imposées, la catastrophe surviendra. Ne pas se serrer les mains, porter des masques, se laver les mains quand on rentre chez soi, ne plus s’embrasser, ne plus manger la viande brousse et faire très attention aux poulets le temps que le comité interministériel de la lutte contre ces pandémies trouve des solutions. Il est désormais plus qu’important que la population doit suivre les recommandations.

                                                  Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.