Côte d’Ivoire: Si la victoire du RHDP à Arrah, ne pose pas de problème, ce n’est pas pareil à Aboisso.

Si le Moronou est tombé dans les mains du RHDP et que cela n’a pas suscité de remous, il y a bien des raisons, par contre si la victoire du RHDP à Aboisso semble soulevée des palabres inutiles, c’est qu’il y a bien aussi des raisons, nous allons pousser notre curiosité.

La victoire du RHDP à Aboisso pas encore digérée

Pendant les élections législatives qui se sont déroulées en Côte d’Ivoire, nous avons été témoins de deux circonscriptions électorales, Arrah, tenue par M. N’guessan Ahondjon, élu du RHDP et Aboisso par M. N’gouan Jérémie, battu du PDCI RDA.

Arrah et tout le Moronou, certains bastions historiques du PDCI RDA ont basculé au RHDP, le parti au pouvoir, alors qu’Aboisso, le PDCI RDA faisait ses adieux au parlement. Par contre il y a des raisons, c’est qu’Arrah, le candidat élu, N’guessan Ahondjon qui a été choisi, est tout d’abord natif de la région et de par sa générosité et son accessibilité, son passage n’a pas été contesté et qui d’autre pouvait se prévaloir au regard des immenses services rendus et qu’il continue de rendre, l’heureux élu.

Les électeurs ne se sont pas posés les questions sur son origine, alors qu’Aboisso, de par le simple nom Cissé, Zinzou des candidats RHDP, déjà, faisait grincer des dents, de sortes que les victorieux ne croient pas trop en leur chance et les perdants non plus, n’arrivent pas à digérer leur défaite.

Récemment, des vandales sont allés commettre des actes odieux pour lesquels, logiquement, le préfet devrait ordonner leur arrestation et qu’il ne l’a pas fait. Les gagnants continuent de multiplier certains foyers pour préparer les esprits par rapport à la mairie qu’ils guettent. Comme on ne prend pas du vinaigre pour attraper des mouches, du coup, le maire et toute la municipalité commencent à avoir les yeux ouverts et ce n’est pas si évident que les prochaines fois, si ces violences perdurent, le changement à la tête de la mairie puisse être favorable au RHDP. La saignée continue.

Le préfet sachant très bien que l’acte qu’il a commandité les agents de la mairie, d’aller détruire la stèle à l’effigie du RHDP, dans le quartier Sokoura, a été une lourde faute politique de sa part, car au lieu de le faire exécuter par les agents de la mairie, il aurait demandé aux policiers de le faire. Jusque-là, il ne veut pas reconnaître son erreur pour taper du poing sur la table et les ressortissants de la commune d’Aboisso, se dépassent en se regardant en chiens de faïence.

Dans le Moronou, c’est le calme parce que ceux qui ont été élus sont des natifs de la région et ils ne font que poser des actes humanitaires et souvent sociaux pour faire avancer leur développement, il n’y a pas de grincement de dent.

Il faut se servir des erreurs pour avancer, il appartient donc aux responsables du RHDP d’en tirer les graines et d’éviter d’imposer aux régions sensibles, des candidats sensibles, pour le réveil des vieux démons dans certaines régions.

Aux responsables du PDCI RDA d’Aboisso, on dit souvent qu’une fois n’est pas coutume et aux agni du Moronou aussi de savoir garder la tête froide devant la mission pour laquelle, ils ont sollicité la confiance de leurs parents. Ils ont fait leur baptême politique comme députés et l’aventure ne fait commencer.

Même si comparaison n’est pas raison, à Aboisso, c’est très serré et à Arrah, c’est relax.

                                                            Joël ETTIEN

               Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.