Côte d’Ivoire: La vie surchargée des politiques ivoiriens.

Si les politiques ivoiriens sont si fragiles, il y a des constats que j’ai fait à leur endroit et qui méritent de les énoncer pour attirer leur attention. L’évacuation rapide du Premier Ministre ivoirien Patrick Achi en France a suscité beaucoup d’émoi et fait couler des salives, il faut comprendre que les ivoiriens sont fatigués de pleurer leurs leaders surtout occupant ce poste de premier ministre.

La vie des hommes politiques ivoiriens

Si nous faisons cet article, on dit souvent que c’est l’eau qui t’aime qui va dans ton canari et si ces premiers ministres ne faisaient aucun effet sur leurs compatriotes, personne n’aurait agi, alors c’est normal tout ce qui a suivi par la suite.

Au-delà du manque d’équipements et de médicaments dans les hôpitaux, ils ont tous les mêmes causes et qui pour peu qu’ils se sentent mal en point, courent pour aller faire recourt à l’expertise médicale des blancs. Ils vivent très mal. C’est ce côté que nous abordons ce jour.

Ils n’ont pas de vie ces Hommes politiques. A commencer par le cumul des postes et ses contraintes, la surcharge et le surmenage intellectuels et physiques, ils sont soumis à des prises de médicaments, comme pour les obliger à se doper. Le seul ministre par exemple, il est député, président du conseil général, maire, propriétaire des véhicules de luxe en location, il est fermier, il a plusieurs affaires à gérer pour une seule personne.

Le matin dans la précipitation, il prend son petit déjeuner rapidement, pour quelqu’un qui n’a dormi assez. Il doit aller à son bureau, c’est le début de son stress. Pendant ce temps, le salon privé familial est bondé de visiteurs, sans compter ceux qui l’attendent sur sa pelouse. Il commence sa journée sur fond de colère. Mais ils aiment qu’on les adule.

Pendant qu’il prend son petit déjeuner, son téléphone n’arrête pas de crépiter, il décroche certains et d’autres non. Il quitte son domicile vers 8h. Il tombe dans le bouchon, pendant ce temps, il a un conseil de gouvernement et son téléphone n’arrête pas de sonner. Il fait bonne mine, alors qu’il a dormi vers 2 voir 3h du matin.

Les politiques ivoiriens et leur fragile santé

Les dossiers surchargés sur ses bras, il sourit à ses collègues et eux tous jouent avec leur vie. Ils ne se donnent pas de repos pour mieux vivre et à cette allure, ils vivent très mal. La plupart des Hommes influents ne vivent pas et c’est pourquoi, pour peu, ils tombent malades et que la médecine locale leur fait peur, parce qu’ils ne font plus confiance aux médecins locaux.

Ils ne respectent pas de calendrier pour apporter à leur organisme de la compensation afin de l’aider à évacuer les surpoids, la fatigue, le surmenage, le stress et c’est la consommation de divers médicaments, eux-mêmes aussi toxiques.

Pendant ce temps, ils ne font rien pour équiper les centres de santé en médicaments et matériels de pointe et le temps de les évacuer en France souvent c’est trop tard. Le constat que je fais, c’est à tous les niveaux, le simple fonctionnaire qui a un peu dans son compte bancaire vit pareil.

Il faut que les personnalités ivoiriennes réapprennent à vivre sainement et fassent le choix d’un seul poste, ils vivront longtemps. On ne peut pas être au four, au moulin et à la vente du pain. C’est pourquoi, ils doivent se donner du temps de faire du sport au moins, une fois dans la semaine, les seuls massages ne suffisent pas, alors que c’est ce qu’ils font tous quasiment.

Pas de repos pour les politiques ivoiriens

Les weekends qu’ils devraient prendre pour aller se balader dans leurs différentes plantations, c’est là qu’ils doivent se rendre dans des funérailles et recevoir les parents pour jauger leur popularité de vénération. De ces pratiques, dénote la nuisance physique et intellectuelle de chez ces Hommes influents, qui ne vivent pas, mais survivent. Contrairement à ce qu’ils laissent croire, ils sont tous des malades ambulants. Il leur faut un programme scrupuleux à respecter, surtout éviter d’acculer les responsabilités et les fonctions. On dit souvent que : qui trop embrasse, mal étreint et vaut mieux vivre seul que mal accompagné, c’est leur cas.

A vouloir être partout en même temps, on raccourcit sa vie. Aucun médicament ne peut remplacer la mort provoquée par la fatigue corporelle si ce n’est de faire de temps en temps du sport physique et non du sport sentimental.

La qualité de la vie, ce n’est pas dans le fait de vouloir plaire à tout prix. Ils devraient créer des clubs d’amis des riches par exemple, où ils se retrouvent dans la semaine, pour fêter, danser, manger de la bonne nourriture et régler certains problèmes qui se présenteraient à eux. Certains, des gros hommes d’affaires peuvent s’entendre pour créer des usines, ils ne font rien, pour se retrouver pour échanger.

Ce sont des constats et il ne faudrait pas être étonnés de voir que les Didier Drogba, Samuel Eto’o fils et tous les anciens grands sportifs flambent comme des rayons de soleil. La plupart des Hommes ivoiriens qui ont un pouvoir d’influence, ne vivent pas la vie de qualité que leur confèrent leurs fortunes et c’est vraiment triste.

                                                          Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.