Côte d’Ivoire: Violence contre le ministre KKB, quels militants le PDCI RDA forme-t-il ?

Violence exercée sur le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Kouadio Konan Bertin, KKB, par une frange connue du PDCI RDA, ce qu’il faut retenir.

Pourquoi vouloir s’en prendre au ministre KKB ?

Innocent Yao le président de la jeunesse rurale du PDCI RDA, a tenté d’apporter des justificatifs sur ce manquement grave de ses fauves affamés qu’il a livrées à la bastonnade du ministre KKB. Il y fait mention que KKB aurait au préalable dû faire la pression sur le pouvoir pour la libération des prisonniers du PDCI RDA et influencer pour obtenir le retour de quelques-uns de leurs leaders en exile.

Quel serait selon lui, le rôle d’un ministre dans une république ou veut-il régler ses comptes personnels ou en mission pour s’attirer une justice qui peut l’écrouer lui-même ? D’entrée de jeu, nous posons cette question au PDCI RDA: quels militants forme-t-il et à quelles fins ?

D’abord, nous voulons souligner qu’un ministre est nommé par le président de la république, à qui il rend compte de ses activités. En ce sens, le ministre peut négocier et proposer à son mandant certaines prérogatives qu’il juge idoines dans l’exercice de ses fonctions. Ainsi dit, le ministre n’est pas autonome ni libre, car ce n’est pas une fonction administrative obtenue à la suite d’un concours, c’est une nomination.

Maintenant, s’il ne le laisse pas s’entretenir avec la hiérarchie de son parti politique et si aussi le ministre n’a pas l’appui des militants, quelle marge de manœuvre aura-t-il pour supplier le président à la libération de ces prisonniers qui ne sont pas du fait de KKB ? N’est-ce pas faire de la provocation, car attenter à la vie d’un ministre et l’empêcher dans l’exercice de ses fonctions, est un délit pour lequel tous les contrevenants peuvent-être poursuivis pour outrage, le savait-il ?

Pourquoi montrer aux yeux du monde sa haine contre un cadre d’un parti, fut-il le sien ? Ce qu’il oublie le sieur Yao Innocent, c’est que le mercredi 2 mai 21, KKB était à Daoukro où il a rencontré le président de leur parti le PDCI RDA. Est-ce le président Bédié qui les a mandatés à produire cette vindicte à l’endroit du ministre KKB ? Si oui, pourquoi ?   

L’acte commis qui a touché les journalistes dans l’exercice de leur fonction, est un délit pour lequel ces journalistes peuvent porter plainte quand ceux-ci, ont eu le malheur de se voir arracher leurs outils de travail et les endommager.

Cet acte qui pourrait produire l’effet contraire, puisque le président Bédié a mis en place un comité politique dont il n’a pas encore défini les attributs, n’est-il pas en cause de la confusion dans l’esprit de ses jeunes ?

KKB n’est plus le militant qu’ils connaissent. Il est maintenant au service de la nation parce qu’il est ministre, c’est pourquoi il se fait escorter par les forces de l’ordre. Il faut apprendre à connaître tous ces détails pour celui qui veut faire de la politique.

Néanmoins, nous condamnons l’acte qui a produit une atteinte aux journalistes et si le PDCI RDA au travers de cette jeunesse n’a plus d’idées, de stratégies parce que limité, qu’il le dise car la brutalité, la violence, ne font pas partie de l’idéologie de ce parti politique qui a pour dénomination : Parti démocratique de Côte d’Ivoire.

Quelle sanction prendra le président Bédié contre ces jeunes qui souillent la réputation de son parti par ces actes barbares ?

                                                              Joël ETTIEN

               Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.