Côte d’Ivoire: Il faut réapprendre le vivre ensemble aux ivoiriens.

Il faut que mes ivoiriens réapprennent à vivre dans la confiance pour amorcer le vrai développement, sinon à cette allure, le manque de confiance, va fragiliser la cohésion nationale.

Les ivoiriens gagnés par les rumeurs

Les décès en cascade des autorités ivoiriennes font grimper la peur d’un empoisonnement, entre les ivoiriens et la vie se mène à distance. La rumeur non encore démentie des empoisonnements fait régner la psychose de la peur, de la méfiance entre les ivoiriens. Le pays fait peur.

Les rapports s’effritent au fur et à mesure que les jours naissent, sans se ressembler et la distance se creuse. Le sommet de l’état tangue et la nouvelle composition des membres du gouvernement qui se fait attendre, augmente cette crainte. Le monde des ivoiriens aimable, si aimable se ramollie à cause de la suspicion généralisée.

Comment un pays tout entier peut-être bloqué à la suite des rumeurs qui ne sont pas justifiées ou véridiques et le monde en Côte d’Ivoire, s’écoule vers des eaux non paisibles. A quel moment la tension va baisser, cette interrogation demeurera encore dans les salons. Pourtant, il fait bon vivre à Abidjan, même si chacun se méfie de l’autre et que chacun se promène sa bouteille dans son sac ou à la main.

Il faut actionner le bon voisinage entre les ivoiriens. Il faut activer le code de conduite du vivre ensemble, les ivoiriens se méfient trop entre eux et la vie est morose. Les banques font paniquer leurs clients et le ciel est tout le temps brumeux.

Le décès de Hamed Bakayoko a amplifié l’atmosphère déjà délétère, mais la vie se bat pour revenir à ses anciennes amours, mais le doute persiste et règne dans la cité, il faut désamorcer cette crise de confiance, mais comment y parvenir ?

Les réseaux sociaux jouent un rôle qui enfonce le clou et les ivoiriens sont tombés sous le charme de ce qui se dit sur la toile que les médias d’état, n’arrivent pas à communiquer pour enlever le doute et la vie est là, comme un pauvre orphelin à la recherche d’une nouvelle famille.

Il faut briser cette glace qui renvoie de fausses images aux ivoiriens, tout le monde a les yeux rivés vers le palais. L’annonce d’un nouveau gouvernement doit panser toutes ces plaies pour que la vie reprenne son cours normal.

La Côte d’Ivoire est un beau pays, mais les doutes généralisés sont en train d’éloigner les uns et les autres obligés de vivre ensemble. Le président de la république doit revoir sa communication pour que ses compatriotes réapprennent à s’aimer. On ne peut pas gouverner dans la crainte et la peur. Peut-on gouverner avec la violence et demander au peuple de subir sans rechigner ? On attend de voir ce que les jours à venir produiront comment effets.

On attend de voir ce que l’avenir réservera aux ivoiriens.

                                    Joël ETTIEN

     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.