Côte d’Ivoire: Si tout est une question de volonté politique, alors quand viendra t-elle ?

La Côte d’Ivoire a tout pour être autonome et s’autosuffire si et seulement si, elle faisait de ces cas sa priorité dans tous les domaines. Si une des raisons de la souffrance des ivoiriens réside dans une prise décision politique, quand est-ce que cette volonté politique viendra ?

A quand l’arrivée d’une volonté politique pour le bonheur des ivoiriens ?

La Côte d’Ivoire importe du riz à hauteur de plusieurs milliards de francs cfa pour nourrir sa population grandissante et pourtant, elle dispose des terres cultivables et des bas-fonds qui peuvent lui permettre de satisfaire sa population en riz. Elle dispose du gaz naturel et du soleil pour combler le déficit en électricité qui la paralyse quand elle est en période de saison sèche. Les différents délestages occasionnent des pertes énormes, dont il suffisait depuis longtemps de mettre à contribution ses ingénieurs qui lui feront des propositions de sortie de ces crises énergétiques, mais, elle attend.

La Côte d’ivoire a à ce jour, plusieurs jeunes au chômage qui ne demandent que l’état les aide à retourner à l’agriculture pour faire des merveilles. Ce pays a tout pour surprendre, mais il semble ne pas en prendre conscience.

Les jeunes ivoiriens ont plein de talents. La pêche, la riziculture, la pisciculture, l’élevage, voilà des domaines de consommation qui, une fois que l’état s’organise à bien y penser, résorbera beaucoup de problèmes. La Côte d’Ivoire est dans l’eau et les ivoiriens ont soif. Il est un des rares pays africains qui a plus de cours d’eau, des fleuves, l’océan et la lagune et il continue d’importer du poisson.

La Côte d’Ivoire, est l’un des rares pays où il pleut dans des zones toute l’année, mais qui ne voient pas ces dons naturels peuvent être le bonheur de certains qui cherchent pour en faire leur paradis, et elle préfère attendre des ordres pour actionner sa propre qualité de vie.

La Côte d’Ivoire, est le premier producteur de cacao au monde et pourtant, sa population fait de la consommation du chocolat un privilège au point où ce sont les classes bourgeoises qui font de ce chocolat, un luxe et pendant ce temps, les parents-paysans et leurs familles ne savent pas qu’à partir de leur cacao culture, des familles européennes qui ne connaissent pas un seul pied de cacao, se font des richesses.

Il faut que l’état fasse des richesses naturelles de son pays, des profits pour sa population. La Côte d’Ivoire lutte la 2ème place au monde du café, pourtant il n’y a pas de cafés comme en Europe où on en trouve à chaque coin de rue et qui font le bonheur de certaines familles. La tasse de café coûte à certains endroits plus de 2 euros (2000 frs) pendant que cette denrée rare est achetée chez le planteur à -50 centime d’euro.

Combien de bars à café on trouve dans les villes ivoiriennes ? Ce sont des pauvres types qui se promènent avec des brouettes, où on trouve des thermos d’eau chaude et vendent à la criée, le thé et le café. Ce qui est prisé chez les autres, devient banal ici.

Quand est-ce que l’état prendra ses dispositions pour réguler tout et permettre à sa population de vivre mieux ? L’espérance de vie d’un ivoirien n’excède pas les 50 ans pourtant, ce pays regorge de toutes les essences rares médicinales qui produisent des médicaments et les ivoiriens meurent dans les hôpitaux.

Si on veut énumérer les potentialités naturelles qui pouvaient faire le bonheur des ivoiriens et dont on ne fait pas cas, nous allons écrire tout un roman et l’état ne peut pas nous dire qu’il n’en est pas conscient pour laisser périr dans leur demeure, ces êtres humains.

Si tout est une question de volonté politique, pourquoi se fait-elle rare ?

                                                                   Joël ETTIEN

                    Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.