Culture: Magic Système devenu un esprit.

Le groupe Magic Système, les quatre amis d’Anoumabo devenus aujourd’hui « des esprits ».

L’histoire de ces jeunes ivoiriens qui n’ont pas honte de dire d’où ils viennent et où ils vont, est purement pathétique. La musique zouglou les a rassemblés et ils passent, en tout cas après Alpha Blondy, pour les mieux structurés. Ce n’est pas pour rien, qu’ils glanent tous les lauriers et reconnaissances internationales.

Il n’y a pas plus ingrats que le milieu des artistes chanteurs. Alors, qu’est-ce qu’il leur a valu cette solidité ? Le maître d’orchestre, Asalfo, que nous saluons au passage, a été très résistant. Connaissant les ragots et la jalousie des simples fans, il a dû tenir fort la barre pour garder le groupe, tout en leur répétant tout le temps d’où ils viennent et où ils s’en vont. Bon parolier et apaisant par le ton, l’éducation et leur parcours, les a aguerris et ils tiennent le coup.

Leur dernier opus qui relate ce que /dans quoi vivent les ivoiriens et ce que le pouvoir doit faire pour les rassembler, l’envolée zougoulitique est un label de belle facture que tout un chacun doit se le procurer comme une bible.

Aujourd’hui, toutes les organisations internationales veulent profiter de leur image pour faire des messages de sensibilisation. Ainsi, ils sont devenus les inséparables de l’union européenne qui les accompagne dans tous les grands concerts et autres cérémonies.

Comment peut-on réussir si, on ne prend pas au sérieux ce qu’on fait. De Anoumabo, une banlieue proche d’Abidjan, ils sont devenus, un esprit. Ils ont mis une grosse structure qui gère le fruit de leurs efforts. Ils engrangent d’énormes ristournes et leurs différents droits d’auteur, ne sont pas jetés dans le plaisir. Le groupe Magic Système est devenu, un esprit. Magic Système est de ce fait, devenue une entreprise d’évènementiels, de production et d’organisation de spectacles.

Ils sont devenus autonomes financièrement et il nous semble qu’ils seraient côtés en bourse. Un vrai modèle de réussite qui mérite que l’on s’y attarde pour des hommages mérités. Sur les réseaux sociaux, les quelques rares apparitions du groupe, on y voit Asalfo, déverser le contenu de son cœur pour soulager, les plus démunis, comme pour dire, quand on sort de la misère, il ne faut pas fermer la porte aux autres.

Souriant comme un gamin, Asalfo, est très attentif et quand il agit, c’est tellement bien coordonné que les trois autres ne font qu’offrir le même sourire. Quelle complicité ! Qui n’a pas dansé au son de leur titre révélateur : « 1er gaou, n’est pas gaou », et depuis cette ouverture, ils ne font que cartonner.

Un autre mérite, c’est les différents futurings avec les autres artistes des autres pays, qui corsent l’addition et l’admiration. Ainsi dans tout le monde entier, à cause de cette ouverture sur les autres, le groupe ne chutera jamais et il continuera à percevoir ses royalties à l’infini.

Anoumabo a désormais ses ambassadeurs qui au lieu d’aller promouvoir d’autres villes ivoiriennes, ont décidé de faire d’elle (la commune) un symbole international touristique et chaque année, un grand festival y est organisé qui fait bouger la ville.

Magic Système, n’est plus à présenter, mais à savourer sans modération, tellement tout leur récital est régal et c’est à force de les écouter que l’idée de leur rendre cet hommage nous est venue. Quand ils chantent, ils font honneur à leur pays la Côte d’Ivoire, heureusement que les autorités en sont conscientes et les aident à s’inféoder dans le cosmos culturel. Asalfo, prière transmettre à nos trois amis, que vous nous procurez de l’admiration, de la fierté, de la joie et longue vie.

Bon, on va vous laisser pour aller écouter l’envolée zougloutique et on se donne rendez-vous pour tous les jours. Vous êtes des marques déposées et nous invitons les autres à s’inspirer de votre réussite. Pour réussir, il y a 99% de transpiration et 1% d’inspiration. Je crois que c’est à cela s’adapte à ce groupe. Bon vent les amis !

                                         Joël ETTIEN

             Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.