Education: La ministre Mariatou Koné redonne vie à l’école ivoirienne

Grâce à madame Mariatou Koné, l’école ivoirienne renaît de ses cendres et c’est toute la Côte d’Ivoire qui doit lui manifester un grand soutien. On ne confie pas de la viande à un chien même quant il est rassasié dit l’adage.

L’école reprend vie sous la ministre Mariatou Koné

Le pourcentage des admis à l’examen du CEPE et de l’entrée en sixième de cette année vient de tomber et c’est 52% au lieu de 95,31% en 2020 sous l’ancienne équipe qui dirigeait ce secteur clé de la vie d’une nation. Même un bateau, ne pouvait pas contenir un tel score, à plus forte raison, l’avenir d’un pays jeune de surcroit qui se cherche des talents et des génies.

En dépit de tout ce que certains avaient manigancé contre la nouvelle ministre de l’éducation nationale ivoirienne, madame Mariatou Koné, la petite rigueur vient de tout faire écrouler. On a fait passer des enfants comme si on se débarrassait de leur avenir, quand-même, un peu de rigueur.

Cet après-midi du 22 juin 21, nous avons fait le tour de quelques établissements d’Abidjan. D’abord à Yopougon où il y a plus de pleurs que de joie. Les quelques rares admis, les pleurs envahissaient les joies.

A Treichville, non loin de la gare lagunaire, c’est l’inverse, ce sont les cris de joie qui surplantaient les cris de détresse. Conclusion, les élèves vont se mettre au travail et l’école doit revenir à son respect et garder son mythe.

Une vendeuse criait de joie et très fort. Au téléphone, on lui annonçait les résultats de son fils qui venait d’avoir son premier diplôme scolaire suivi de son succès à l’entrée en sixième et nous en avions senti une fierté manifeste aux efforts déployés en si peu de temps par la ministre Mariatou Koné.

L’école ivoirienne revient de son coma, de sa léthargie et de sa somnolence. Si aujourd’hui des noms comme Akoto Yao, Balla Kéita, Pierre Kipré continuent d’effrayer des cadres en fonction, c’est parce qu’ils ont imprimé à cette école la rigueur, le travail, la peur et le respect à la jeunesse ivoirienne de leur époque et aujourd’hui ils sont devenus tous des cadres bien formés.

Comment des élèves peuvent-ils s’octroyer des vacances parce qu’ils le veulent ? Comment des élèves peuvent dormir sur leurs lauriers et attendre qu’on les appelle pour leur dire qu’ils passent en classe supérieure ?

Si tous les collaborateurs du président Ouattara lui reconnaissent son ardeur au travail, pourquoi cette rigueur ne peut pas commencer par l’éducation et la formation de ses jeunes ? Heureusement qu’il a vu tard, mais comme il n’est jamais trop tard parce qu’il s’agit de la vie d’une nation, les pauvres qui ont subi cette sclérose, seront les fossés de la société, des futurs rebelles.

De 95,31% à 52,51%, faites-vous-même la différence. Quand une volonté se manifeste, il faut l’encourager et madame Mariatou Koné, n’a plus le droit de se faire peur, même s’ils truffent les cours, c’est la fin qui compte. Bravo pour cette nouvelle équipe rigoureuse et vigilante, l’avenir de la Côte d’Ivoire va désormais reposer sur la qualité de la formation et de la bonne éducation de sa jeunesse. Belle empreinte !

                                                               Joël ETTIEN

                              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.