Etats-Unis: Le Capitole envahi par des pro-Trump, « scène honteuse », « scène choquante »

Pékin, notamment, a ironisé en comparant les scènes d’intrusion au Capitole avec les manifestations pro-démocratie à Hong Kong. L’intrusion de militants pro-Trump dans le Capitole a provoqué une avalanche de réactions internationales.

Le Capitole envahi par des pro-Trump

Des scènes « honteuses », « choquantes », « préoccupantes », les condamnations se sont multipliées ces dernières heures pour dénoncer une « attaque contre la démocratie ». Mais toute occasion est bonne aussi pour railler les faiblesses de la démocratie américaine et les images venues de Washington ont fait le tour des écrans chinois, écrit notre correspondant à PékinStéphane Lagarde. Si le commentaire reste sobre sur la télévision centrale de Chine, certains n’hésitent pas enfoncer le clou sur les réseaux sociaux stigmatisant « un système américain qui s’aggrave et présente des signes de cancer » selon l’éditorialiste du Global Times (filiale anglophone du Quotidien du Peuple) .

L’occasion aussi de ressortir l’argument du deux poids deux mesure avec des photos côte à côte des pro-Trump entrant par effraction dans le Capitole, et des manifestants pro-démocratie au Conseil législatif (Legco) de Hongkong en 2019. « Quel beau spectacle » ironisent les jeunesses communistes sur leur compte weibo en reprenant la phrase de Nancy Pelosi à propos des manifestations de Hongkong. « dira-t-elle la même chose à propos de la situation au Capitole », feint encore de s’interroger le Global Times.

Du pain béni pour les Chinois

L’élection de Donald Trump a été du pain béni pour le soft power chinois jugent avec recul certains observateurs en Chine. Ce dénigrement d’une Amérique plus que jamais divisée s’est encore accentuée depuis la crise sanitaire. Reste à savoir si ce Make China Great Again qui a fiat les choux gars de la presse chinoise sous l’ère Trump, va continuer sous Joe Biden

L’Union européenne a condamné un « assaut inédit » et appelé « au respect du résultat de l’élection présidentielle », tout comme Londres qui insiste sur une transition de pouvoir « pacifique et ordonnée ». Et Angela Merkel à Berlin s’est dite jeudi «triste» et «en colère» et a regretté « profondément que le président Trump n’ait pas concédé sa défaite, depuis novembre et encore hier ».

Emmanuel Macron en France, dans une vidéo, rappelé l’importance de ne pas céder devant « la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause» la démocratie. « Quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d’un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d’une élection, c’est une idée universelle – celle d’un homme, une voix – qui est battue en brèche », a-t-il ajouté.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.