Côte d’Ivoire: Faut-il vraiment brûler Kouadio Konan Bertin (KKB) ?

Du début des campagnes jusqu’à ce jour, s’il y a un candidat qui a été la cible des Ivoiriens dans les causeries du salon et sur les réseaux sociaux, c’est bien Kouadio Konan Bertin KKB.Il est accusé d’avoir vendu la CI, d’être un traitre…

Pourquoi blâmer Kouadio Konan Bertin ?

Sans juger ni condamner l’opinion des uns et des autres, je voudrais me mettre dans la tête « du candidat de la paix » et réfléchir comme lui afin de le comprendre. Jeune et convaincu militant du PDCI, Kouadio Konan Bertin KKB a toujours fait preuve de loyauté et de discipline au Président BEDIE et à la ligne du parti.

Il faut cependant remarquer que malgré cet engagement, contrairement à ses promotionnaires (AHMED BAKAYOKO, BLE GUIRIAO, SORO GUILLAUME, BLE GOUDE C…) qui ont chacun sur la voie choisie connu politiquement, administrativement et socialement de l’ascension, Kouadio Konan Bertin KKB s’est très souvent heurté à l’égoïsme et à la gérontocratie dans sa famille politique.

Des confidences disent qu’il était contre le soutien du Président BEDIE au Président ALASSANE en 2010. Lui-même affirme qu’il était pour une candidature du PDCI à l’élection présidentielle de 2015. Il répète à souhait qu’au sein du groupe parlementaire PDCI, il était opposé à la modification de la constitution. Sur toute la ligne il n’a jamais été entendu. Victime d’un tel ostracisme, que lui restait-il à faire ? Pour moi, il n’avait aucun autre choix que de se détacher pour s’affirmer. C’est tout le sens de sa candidature; une candidature de rupture et de révolte.

Non, il ne faut pas brûler Kouadio Konan Bertin KKB ! Il n’a pas vendu le pays : auquel cas, nombreux sont les Ivoiriens qui ont signé cet acte de vente avant lui. C’est vrai, la politique est un jeu de calcul. Mais depuis la perte du pouvoir, la direction du PDCI a trop centré les calculs sur la personne du Président BEDIE. Or dans le calcul algébrique, une erreur de signe au départ rend faux le résultat à l’arrivée.

Kouadio Konan Bertin KKB lui a vu cette erreur depuis le début. Le Président BEDIE a cru à un retour au pouvoir par un calcul simple sans piège, un jeu d’alternance; un peu comme au foot où l’entraîneur selon la physionomie du match sort un joueur pour faire rentrer un autre. Sauf qu’ici tout le monde est à la fois entraîneur et joueur.

Des ivoiriens mécontents de Kouadio Konan Bertin KKB

Des Ivoiriens sont mécontents certes, mais se sentent escroqués dans ce jeu d’alliance et de désalliance au gré des intérêts personnels. C’est pourquoi aujourd’hui quand le Président BEDIE parle, les Ivoiriens l’entendent fort mais d’une oreille tandis que dans l’autre résonnent son discours joyeux au golf, Alla Agnissan, mon jeune frère, l’appel de Daoukro…

C’est pourquoi quand le Ministre MABRI parle, les Ivoiriens l’entendent fort, mais d’une oreille pendant que dans l’autre résonnent encore ses one man show sur TCI, son militantisme pour une candidature unique au RHDP, ses discours encenseurs sur le Président OUATTARA jusqu’à la dernière seconde de sa vie au gouvernement…

C’est pourquoi quand le Président SORO pale, les Ivoiriens l’entendent bien fort mais d’une oreille alors que résonnent dans l’autre ses discours et autres déclarations de Bouaké à Abidjan passant par Lomé, Marcoussis, Ouaga…. Aujourd’hui ce n’est pas la dictature de Gbagbo qui lui interdit le port du boubou mais c’est lui-même qui est contraint par la démocratie triomphante de vivre en manteau dans le froid des bords de la seine. Ah que la politique est mauvaise sous nos cieux ! Si le bon DIEU pouvait descendre sur terre pour nous l’enseigner afin qu’on la fasse avec l’amour du prochain! 

Non, il ne faut pas bruler Kouadio Konan Bertin KKB. Tout ce qui se dénonce aujourd’hui, il a vu venir de loin.

C’est un homme constant qui a fait un choix conséquent. A-t-il fait le bon choix ? Je ne saurais répondre. Mais bon ou mauvais, un choix a toujours des conséquences. Kouadio Konan Bertin KKB va garder la monnaie de ce qu’il a reçu comme aide pour sa campagne et s’en sortira certainement avec un poste de Ministre dans le prochain gouvernement. Ce n’est pas négligeable. Mais politiquement il risque d’avoir une carrière comme le Professeur WODIE qui depuis sa candidature arrangée contre le Président BEDIE n’a plus eu de poids sur la scène politique. Comme dans le marigot politique ivoirien tous les rebondissements sont possibles, j’ose croire que Kouadio Konan Bertin trouvera en lui les ressorts nécessaires pour rebondir. 

Non il ne faut pas bruler Kouadio Konan Bertin KKB. Il nous dit que sa candidature est une candidature de paix. On doit la prendre comme telle. C’est pourquoi j’invite tous « les soldats » des réseaux sociaux à baisser les armes; à ne rien écrire de frustrant, d’humiliant, de révoltant contre KKK ou aucun autre leader qu’il soit de gauche ou de droite. Disons et écrivons des choses qui apaisent.

Si tous « les soldats » des réseaux sociaux agissent dans ce sens, il n’y a pas de raison que la CI ne gagne pas la guerre de la paix. En définitive il appartient à nous Ivoiriens de construire notre paix et non à la communauté internationale de le faire à notre place. Quelle communauté internationale d’ailleurs? La FRANCE ? Cette France triche avec une tête politique qui dans sa diversité parle toujours d’une seule et même voix dans ses colonies pour ses intérêts?

Une autre tête de multinationale avec BOUYGUES, BOLLORE, TOTAL…dont les chuchotements aux oreilles des chefs d’ETAT africains ont valeur d’injonctions? Et enfin une tête des médias dont les articles sont dictés par les deux premières têtes? Quelle communauté internationale ? La CEDEAO? Cette Organisation dont les principes et objectifs restent encore à l’état de projet 45 ans après sa création? Non Ivoiriens, notre paix dépend de nous ; parlons-nous sans intermédiaire.

Non, il ne faut pas bruler Kouadio Konan Bertin !!!

MICHEL SADIA 
Le Libre Observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.