Coopération-France-Afrique: La France fait exprès pour retarder le développement de ses colonies.

Les africains francophones ne sont ni des paresseux, ni des incapables, mais hélas, ils ont souvent des chefs à la tête de leurs états qui manquent de vision et de volonté politique. Voilà, des gens qui naissent avec plus de 30° sur leur tête et traversent le courant de leur existence dans la chaleur torride et qui tiennent. Il faut revoir la cohabitation politique, diplomatique et la défense avec la France, tout est sclérosé et contreproductif; le temps des Houphouët Boigny est révolu, parce que la population a augmenté et ça, la France a du mal à l’accepter. Elle fait tout pour retarder le développement de ses colonies.

L’ingérence de trop de la France dans la politique africaine

Il fait chaud, très chaud en Afrique, surtout chez les noirs. Pendant que dans la partie anglophone les gens se battent avec toute leur liberté, au point où ils ont leur propre monnaie, ils jouissent de tous les droits pour s’affranchir, ceux qui ont eu le malheur de croiser la France sur leur chemin continuent de broyer du noir, avec à leur tête des présidents, qui souvent manquent de fermeté, de courage et abominent leurs peuples.

Le soleil ne cesse pas de s’affirmer et son quotidien reste ardu et bénéfique. En Côte d’Ivoire par exemple où la nature n’a pas été méchante, il y avait la forêt dense, en abondance, des cours d’eau partout et il pleut presque tous les jours, elle est le premier producteur de cacao au monde et n’est pas capable d’en transformer sur place pour donner du travail à partir des dérivés de cette matière prisée au monde à sa jeunesse qui erre dans les rues, c’est un exemple.

Ce pays est tellement riche que s’il y avait de la volonté politique, du courage, de l’amour de ses dirigeants, il est être le grenier de toute l’Afrique, mais hélas ! On ne sait pas trop, les intentions de ces gouvernants, mais, ils ont de la richesse à n’en plus quoi faire et à cause de ce manque de courage, de fermeté et de volonté politique, les ivoiriens broient du noir pour la plupart et cela, semble être normal. Une minorité s’engraisse et la majorité souffre.

La santé, l’éducation, le social, sont loin d’être des priorités dans la conception de ses dirigeants ou ils font express pour noircir le mandat du président Ouattara, sinon, avec autant de ministères, les plus nombreux en Afrique, ces secteurs clés et capitaux que je viens de citer, ne pouvaient pas souffrir. La jeunesse est intelligente, dégourdie, mais mal encadrée, formée.

Le règne de la France

Dans l’espace anglophone, on ne leur impose pas des enseignes commerciales, mais du transfert de la technologie souvent de pointe, mais chez les francophones, la seule voie de sortie, c’est d’avoir des diplômes qui au final, ne servent plus à rien et ils sont pleins dans les grandes écoles et universités qui coûtent chères sans aucune subvention de l’état qui engrange, les richesses du pays. Aucune innovation pour les adapter aux changements qu’impose le virus par exemple et tout semble tellement normal que la jeunesse abrutie, attend, un Dieu que tous implorent et qui ne viendra jamais.

Sinon, les jeunes africains ne sont pas des paresseux. Leurs dirigeants qui dépendent trop de la France, pour s’accrocher à leurs privilèges, satisfassent d’abord la France avant de se tourner vers leurs peuples avec des maigres moyens et le développement piétine et ses populations souffrent au point où, ceux-ci qui croient qu’ils sont nés pour souffrir et que la souffrance, est un droit.

Les multinationales françaises et les autres qui se jettent sur cette dépouille économique, ne déversent que des miettes dans les caisses de ces états, soit 10% de toutes ces surexploitations des matières premières.

Partout ces chefs se retrouvent pour décider du sort de leurs populations, la France y règne en maitre absolu et c’est elle qui leur dicte ce qu’elle veut et non ce qu’eux, ils veulent. Si les présidents sont en prison et ne sont pas solidaires entre eux, c’est parce que chacun veut tellement plaire à sa France que les besoins cruciaux de ses populations passent à côté.

Il faut de nouvelles orientations, de nouveaux rêves typiquement africains gérés par les africains, sans l’aide et l’ingérence d’aucune puissance, sinon, les noirs africains, ne sont pas des ignares, mais ils ont à leur tête, des chefs qui manquent de volonté politique et le président Ouattara n’est pas le seul, mais il peut propulser, l’éveil des consciences.

                                                         Joël ETTIEN

                Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.