France: Emmanuel Macron s’active face à la propagation du coronavirus

Le coronavirus continue de progresser en France. Emmanuel Macron a annulé les déplacements pour se consacrer à la gestion de la crise du coronavirus.

Emmanuel Macron prend la propagation du coronavirus au sérieux

Alors que l’on déplore un quatrième décès dans le Morbihan, le président de la République a annoncé  la réquisition de «tous les stocks et la production de masques de protection».

Un quatrième décès dû au coronavirus a été annoncé à la mi-journée par le ministère de la Santé. Il s’agit d’un homme de 92 ans décédé dans le Morbihan ce matin. On dénombre désormais plus de 200 cas en France de personnes contaminées. Le président français a fait savoir par Twitter que l’État français réquisitionnait tous les stocks et la production de masques de protection. coronavirus.

Depuis quelques jours, les cas se multiplient et un membre du gouvernement le confie : « On ne va pas tarder à passer en phase 3 », celle où le virus circule largement dans le pays. Pour Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, il n’y a pas encore de « diffusion générale du virus sur le territoire », mais « la situaiton est très évolutive », prévient-il.

Emmanuel Macron, qui s’est rendu à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière la semaine dernière, a réorganisé son agenda pour se concentrer sur le suivi de la crise. Dans son entourage, on assure que le président est « au contact en permanence pour ajuster » et que sa volonté est de « donner les informations en toute transparence, sans naïveté mais sans inquiéter ».

Le président souhaite ainsi répondre aux préoccupations grandissantes des Français. En particulier dans l’Oise. Marchés annulés, rassemblements interdits, écoles fermées, c’est l’une des zones les plus touchées par l’épidémie de coronavirus en France. Neuf communes du département sont identifiées comme des foyers de propagation du virus, dont la ville de Creil.

La France secouée par le virus

Dans la brasserie « Le Chalet », les clients parlent d’un climat étrange de suspicion. N’importe qui peut porter le virus et éventuellement le transmettre, explique Mohamed Ryad, l’un des clients de la brasserie au micro de notre journaliste Christine Siebert.

« On ne sait pas. Qui est malade ? Qui a seulement une grippe ? On ne sait pas, déplore Mohamed Ryad. C’est ça qui est un peu gênant. Et plus que ça. Tout le monde a peur. Le commerce est touché, parce qu’il n’y a peu de monde qui circule. Les magasins sont vides, les quartiers sont vides… Maintenant, quand je monte dans le bus ou dans le train et que je tousse, les gens me regardent et se disent : « Celui-là, il a un virus. Moi, j’ai la grippe. Je ne sais pas… »

Les médecins généralistes de France face à l’épidémie du coronavirus

Comment freiner la propagation de la maladie sur le territoire français ? En complément de l’hôpital, la médecine de ville se présente comme un outil de réponse trés important dans la gestion de l’épidémie de coronavirus. D’ailleurs, les médecins généralistes se disent préts à jouer leur rôle dès que le ministère de la santé leur en donne les moyens.

« En pratique, le rôle des médecins généralistes ne va pas être très différent de leur rôle habituel, quand il s’agit de traiter des patients atteints de la grippe, explique Jacque Battistoni, président de la fédération française des médecins généralistes. Ici, il s’agit d’une grippe qui est probablement plus grave, et qui, probablement, entraînera un peu plus de situations nécessitant une hospitalisation. Donc on va être très attentifs à examiner les gens, à les surveiller, aussi, et à repérer le plus rapidement possible tous les signes qui mériteraient une hospitalisation. »

Les médecins généralistes ont-ils aujourd’hui tous les moyens à leur disposition pour faire face aux cas de coronavirus qui vont se présenter à eux ? « Non, répond Jacques Battistoni, nous n’avons pas encore tous les moyens et c’est ça le problème. Nous allons avoir rapidement, normalement, des masques pour nous protéger et pour éviter de contaminer les autres patients. Mais tout cela va prendre peut-être un petit peu de temps. Nous ne savons pas exactement à quel moment ce sera disponible. Le ministère de la Santé nous a dit que cela devrait se faire en début de semaine, mais nous attendons de voir. Nous sommes déterminés et nous sommes réservés, en même temps. Mais dès lors que nous avons les masques et tout le reste, nous allons tout mettre en œuvre pour prendre rapidement en charge les patients. »

source RFI

Retranscris par Jason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.