France-Guinée-Equatoriale: la sentence infligée à Teodorin Obiang, fils du président Nguéma, est trop lourde

Biens mal acquis : le verdict est tombé pour Teodorin Obiang

Teodorin Obiang condamné par la justice française

C’est officiel, la justice française vient de condamner le fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang pour ses biens mal acquis ce lundi 10 février 2020, pour 3 ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros soit 19 437 362 400 frs CFA d’amende pour s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France.

La cour d’appel de Paris aggrave ainsi la condamnation prononcée en première instance.

En effet, pour rappel, le 27 octobre 2017, le tribunal correctionnel de Paris avait prononcé la même peine d’emprisonnement contre le fils du président Obiang Nguéma, mais assorti l’amende de 30 millions d’euros du sursis.

Tout indique que l’amitié des français ne dure que l’instant où, il trouve son gain. Pourquoi, cette loi, ne lui avait-il pas déconseillé de payer ce patrimoine puisque cela est proscrit dans la loi française ?

Sans toutefois cautionner le délit, s’il y en a, la justice française ne joue pas franc jeu. Les pouvoirs français qui se succèdent ne sont pas les mêmes. Quand la droite était au pouvoir, ce qui est devenu aujourd’hui flagrant de délit, ne l’était pas et tout le monde pouvait se permettre d’investir en France. Tous les chefs d’état africains qui n’avaient pas de propriété sur le sol français, était considérés comme des anti-français. C’est ainsi que certains des leaders, se sont précipités pour venir loger leur richesse en France en investissant pour la plupart dans l’immobilier.

Le changement radical…

Depuis l’avènement des gilets jaunes, les choses ont radicalement changé. Pour un étranger qui désire désormais investir en France, il doit tourner le cerveau plusieurs fois, avant de s’engager. Tôt ou tard, ces propriétés reviendront à l’état français, considérés comme biens mal acquis.

La France serait elle à la recherche de moyens pour faire face à ses dépenses ? Sinon 30 millions d’euros d’amende d’un africain fut il le plus criminel, une telle fortune, ne pouvait lui être exigée, en plus il perd ce bien.

Ces mêmes biens mal acquis, les français en ont fait plein de gabegie en Afrique. Il y a des quartiers entiers qui appartiennent à des familles françaises en Côte d’Ivoire et jamais, aucun ivoirien, ne les a considérés de biens mal acquis.

Le président Macron, lors de sa visite d’état en terre ivoirienne, a acquis à 1 franc symbolique le terrain sur lequel, l’armée française est installée depuis plusieurs années, ça aussi, ce sont des biens mal acquis.

Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

                                                                                      Joël ETTIEN

                           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.