Gambie: l’univers des pédophiles.

Pendant que M. Adama Barrow cherche les moyens pour s’attacher au pouvoir, voilà que les pédophiles gagnent du terrain dans son pays.

Les pédophiles en vogue…

Les bêtes sauvages sexuelles achètent des jeunes enfants gambiens pour les violer, les sodomiser et c’est la porte ouverte de tous les vices dans ce pays. En effet, des enfants gambiens sont vendus à des pédophiles pour aussi peu de 2£ par leurs parents fautes de moyens de subsistance.

Un grand nombre de prédateurs sexuels profitent du laxisme des lois dormantes dans ce pays pour s’embarquer dans des vacances de maltraitance d’enfants malades où ils ciblent ouvertement les petits garçons et les petites filles, de -10 ans. On annonce à coup de fanfare que la Gambie a une belle plage. Les touristes pour la plupart des anglais, pataugent avec les enfants dans la mer où des abus sexuels d’enfants sont monnaie courante.

Il y a des images effroyables, montrant des adultes tenant dans leurs bras, des enfants moins de 2 ans. Le choc, ce sont des enfants pauvres de -3 ans, vraiment des vulnérables que ces touristes embarquent dans des coins sur la plage de Kololi adorée par les britanniques. On annonce qu’une fille de 6 ans aux côtés d’un vieillard dans un restaurant rempli de britanniques, la montrant fièrement aux autres comme un trophée d’amour. Même les femmes s’y adonnent à des gamins de -6ans.

Un enfant de 2 ans, a été drogué par un européen qui l’a emporté dans sa chambre d’hôtel.

On annonce que la compagnie Thomas Cook fait entrer plus de 100 000 visiteurs britanniques par an et si tous ces touristes viennent pour se livrer à cette pratique, quel sera l’avenir de cette jeunesse ?

Le sexe est bon marché en Gambie. Les enfants sont vendus à 2£, certains parents savent que leurs enfants sont vendus à ce prix, mais la police ferme les yeux. Aucune loi n’est appliquée pour enrayer ce phénomène.

La Gambie est le seul pays africain, où les écoles sont quasi inexistantes et les politiques préfèrent se beurrer sur le dos de cette population qui ne croit plus en rien et dont les parents croisent du fer, en allant se plaindre. M. Adama Barrow qui se bat pour rempiler à un deuxième mandat, ferait mieux d’actionner ou de créer une police contre ces pédophiles que de chercher à mettre en prison, l’ancien président Yaya Jammeh.      

Le tourisme ne doit pas exclure la sanction contre les pédophiles

Voilà, une raison fallacieuse que tiennent les autorités. Comme le tourisme représente un tiers de PIB, on craint que les entreprises ne fassent pas faillite et que la population locale ne souffre de la faim à la suite d’une baisse de fréquentation à 50% de l’activité économique qui a déjà frappé les stations balnéaires.

L’ancienne responsable de Thomas Cook, madame Anne Heap, 53 ans, de Wigan a dit ceci : « ces gens sont aussi pauvres que possible. Il est rare de voir un enfant porter des chaussures et il n’y a pas d’autres commerce que le sexe que leur offre le tourisme. »

Ce que les européens ne peuvent pas se le permettre dans leur pays, ils le font en Afrique, pourquoi ?

Comme disait le président Chirac:  » ta maison brûle et tu regarde ailleurs ». M. Adama Barrow, le président de la république de ce pays, ferait mieux de se doter de loi pour endiguer ce phénomène que de vouloir s’accrocher au pouvoir.

                                                                               Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.