Ghana: Le décès du président Jerry Rawlings, aurait-il créé l’abîme ?

Comment le Ghana peut-il se permettre, de montrer cette image hideuse pour quelque chose dont le président Jerry Rawlings s’est décarcassé au prix de sa vie, à instaurer, pour tout chambouler ?

L’après Jerry Rawlings

Le seul pays africain qui faisait parler de lui, en termes de démocratie et de stabilité, les ghanéens, viennent de détruire, toute la confiance et leur référence, pour des élections dont les croyait champion, dans l’acceptation des résultats. Dans cette cruauté, ils n’ont même pas attendu que le bâtisseur de Rawlings soit mis sous terre pour salir son image, ternir ses efforts et le monsieur se tourne et se retourne dans son casier glacial.

Est-ce que le noir est un être achevé entièrement ? Pourquoi, il refuse ce qui est bien pour lui et aller souffrir dans la souffrance des autres ? Les ghanéens avaient-ils besoin, pour ce qui était devenu un sacerdoce chez eux, de retomber dans la boue ?

On compte des morts pour des élections dans le pays de Jerry Rawlings, mon Dieu. L’homme n’est rien chez les noirs.

C’est parce qu’ils semblaient avoir appris cette leçon de moral et de démocratie, que le monde entier leur courait après pour encourager tous leurs efforts, pendant que dans les républiques africaines, pour des élections simples locales, ils se découpent à la machette.

Faut-il encore à ce pays, un autre Rawlings, pour qu’ils comprennent, l’importance et le crédit, en matière de démocratie ? Voilà, un modèle que fut ce pays, quand chaque weekend, tous les présidents, anciens comme nouveau, se retrouvaient sous des chapiteaux, entrain de regarder côte à côte, des évènements se déroulés et souvent, se retirer pour aller partager ou donner des avis sur la gouvernance du moment.

Pourquoi, le Ghana donne cette image rétrograde au monde entier ?

Le havre de paix dont il a été, va-t-il redevenir, un tombeau pour ceux qui y allaient s’abriter sous son ombre ? Est-ce un signal pour tous ces refugiés politiques sur son sol, qu’ils seront bientôt livrés à leurs bourreaux parce qu’ils n’auront plus de sécurité ?

La mort de Jerry Rawlings a fait retomber dans la gadoue. Pauvre Afrique !

                                                           Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.