Guinée-Bissau: la France signalée dans la crise postélectorale.

Encore la France signalée dans la crise électorale en Guinée Bissau

Encore la France…

Nous venons de recevoir ce texte confidentiel qui relate l’implication de la France dans la crise électorale qui paralyse en ce moment la Guinée-Bissau qui a du mal à trancher la vérité pour les résultats du deuxième tour des élections.

Voici ce que dit le texte : « L’ambassadeur de France dans le rang DSP.

Mandaté par Aristide Gomes, l’ambassadeur de France en Guinée-Bissau a décidé de retirer sa cape de diplomate pour faire partie du groupe de l’axe du mal. Il a été plus de 04h que l’ectro a duré, le 19 février 20, entre ledit ambassadeur et le président provocateur vendu du STJ, Paulo Sanhà, où la résolution suivante est sortie : annuler les élections remportées par le Général Umaro Sissoco Embalo. Immédiatement, Paulo Sanhà a appelé ses partisans et a vendu les juges-conseillers Rui Nené et Osires Ferreira, car Armando Viera (Mot) est sur le monticule, en présence du chef de cabinet de Paulo Sanhà, Arafam Mané, qui aurait dénoncé, de la décisions prise.

On sait que le premier ministre Aristide Gomes est l’agent de sécurité de la France en Guinée-Bissau et fait tout pour défendre les intérêts incontestés du DSP avec la France afin d’empêcher l’élection du présent élu, Umaro Embalo.» La source: renseignements secrets guinéens.

Pourquoi s’ingèrer dans les affaires de ce pays de l’Afrique

Pourquoi donc la France s’ingère dans les affaires de ce pays de l’Afrique de l’ouest, colonie portugaise, au point d’empêcher la validation des résultats d’un candidat qui n’est pas de son bord ?

Les lignes sont entrain de bouger pour que la Guinée-Bissau, investisse son président élu car les enjeux qui l’attendent sont trop énormes. Pourquoi la France s’ingère donc dans les affaires électorales de ce pays ? Parce que simplement et purement, le candidat Umaro Embalo, n’est pas de leurs cerailles et il ne veut point, appartenir à des cercles pour embrigader son pays dans des cercles qui appauvrissent les nations au bénéfice des grandes nations déjà développées.

On annonce que le perdant, M. Simoes Pereira aurait le soutien du président guinéen Alpha Condé, qui lui aussi, chercherait à convaincre l’ivoirien Alassane Ouattara et le ghanéen, pour tout faire, pour annuler la victoire du Général Umaro Embalo, l’expression du peuple, pour contrôler la souveraineté de la Guinée-Bissau.

Le pot aux roses vient d’être cassé et d’après les informations qui nous parviennent, le Général Embalo n’est pas prêt à se laisser aller dans des convois qui n’arrangent pas le développement de son pays. Affaire à suivre !

                                                                                             Joël ETTIEN

                            Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.