Côte d’Ivoire: le président Macron, nouveau président ivoirien ?

Le président Macron serait-il devenu le président de la république de Côte d’Ivoire ? En quoi son adresse en faveur du président Ouattara peut-elle changer les donnes si véritablement les ivoiriens sont déterminés à mener leur combat ?

Le président Macron en soutien de Ouattara ?

M. Macron en félicitant le président Ouattara, le ciel couvrirait ce dernier pour que tous les ivoiriens soient quasi paniqués à ce point ? Comme la plupart des ivoiriens ne suivent pas le cours de l’histoire du monde des informations, ce n’est pas l’Elysée qui viendrait faire à leur place leur palabre, alors qu’ils laissent M. Macron tranquille, il a ses problèmes, il se cherche.

Voilà un peuple qui veut sa liberté et qui ne fait qu’appeler son colon à son secours et dès que celui-ci lui tourne le dos, il crie aux loups. Au Liban, le président français a été clair, à l’endroit des libanais qui attendaient une intervention de l’extérieur pour venir les aider à chasser leurs dictateurs, en ces termes : « ce n’est pas la France qui viendrait vous débarrasser de vos leaders que vous ne supportez plus, c’est le peuple qui sait ce qu’il veut s’il ne veut plus d’eux. »

Le ministre des affaires étrangères français, Jean Yves Le Drian a dit au tout début aux ivoiriens, que, quand on arrive à Abidjan, on trouve des rues étaient calmes, pas de mouvements de masse comme ce qui se passe en Biélorussie, où des manifestants occupent toutes les rues. Ils ont été clairs.

Pourquoi le président Macron félicite Ouattara ?

En félicitant le président Ouattara, en quoi, le président Macron aurait débranché l’appareil de la révolution ? Il faut que les ivoiriens arrêtent. Tout dernièrement le Mali a pris ses responsabilités sans s’appuyer sur la France.

 Quand les burkinabé n’ont plus voulu de leur président, ils l’ont chassé et il se trouve à Abidjan. En quoi, une simple adresse de félicitation peut susciter autant de rumeur qui donne, l’impression d’un manque de volonté ou d’une immixtion dans les affaires internes.

Bien au contraire, cette adresse devrait les booster à montrer leurs ténacité, courage et détermination à en découdre. C’est pourtant cette même France qui est leur réel souci, ce n’est pas le président Ouattara.

Que cette adresse soit réelle ou fausse, pourquoi vouloir confier leur destin encore à la même France ? Quand les ivoiriens tombent sous le coup des balles et des machettes, le président Macron a-t-il condamné ces tueries ? Quand les ivoiriens meurent par la faute des microbes ou miliciens, la France a-t-elle une fois pris position pour blâmer ou sanctionner ? Donc, les ivoiriens ne sont-ils plus souverains ? On crie tout le temps que nous ne sommes pas indépendants à cause de la France et pour peu que les ivoiriens aient mal au ventre, ils courent tous vers la France.

S’ils ne peuvent pas terminer un combat, inutile de le commencer et il faut aussi arrêter d’indexer les autorités françaises, elles ne partagent pas leurs douleurs et peines, c’est le malade qui va voir le médecin et non le contraire.

Le président Macron a ses problèmes de djihadisme et de terrorisme, ajouter au Corona Virus, les ivoiriens doivent attendre longtemps pour être livrés. S’ils ne sont pas capables de se prendre en charge, une adresse de félicitations n’est pas l’obtention d’une indépendance ou source de brimades. Un peuple déterminé, n’a pas besoin de se laisser ébranler par des félicitations, tout comme un ventre affamé, n’a point d’oreilles. Bien au contraire, cette adresse devrait être une source de détermination et de motivation. Tout peuple doit s’attendre à des déclics du genre pour éveiller son sursaut d’orgueil.

Les ivoiriens ont vraiment besoin d’une formation politique pour arrêter de se faire ridiculiser, car dans les grandes démocraties, c’est dans les urnes qu’on sanctionne.  

                                                                      Joël ETTIEN

                          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.