Côte d’Ivoire: Est-ce le président Ouattara le véritable problème des ivoiriens?

Si les ivoiriens pouvaient comprendre que leur problème ce n’est pas le président Ouattara et que c’est la France qui vient de montrer sa face, c’est vers elle il faut se tourner pour la recherche de leurs issues de secours ou de sortie. Le président serait-il vraiment le vrai problème qui handicape les ivoiriens ?

Le président Ouattara est-il la plaie des ivoiriens ?

Quand on n’a de cesse de répéter, que le président Ouattara est comme, un acteur dans un film qui joue le mauvais rôle, mais que la contradiction principale c’est la France, voilà que le temps nous donne raison.

Pourquoi les ivoiriens sont étonnés du soutien du président Macron au nouveau président Ouattara ? Juste après la rencontre entre les deux présidents Ouattara et Bédié, le nouvel ambassadeur de France à Abidjan est allé voir le Premier Ministre M. Hamed Bakayoko, pour lui faire ses civilités, en ces termes : « si je suis venu vous saluer maintenant, c’est parce qu’on attendait cette rencontre entre les présidents Bédié et Ouattara, maintenant que c’est fait, je suis venu vous réaffirmer le soutien de la France qui est votre partenaire historique… », n’est-ce pas là, le soutien et la reconnaissance de l’élection du président Ouattara ?

C’est qui un ambassadeur ? N’est-ce pas le représentant du président d’un pays dans un autre pays ? Il a suffi que le mot final revienne de l’Elysée, et voilà le buzz. Pendant la campagne, sous l’effet de la colère, le candidat Ouattara s’était révolté à la question d’un journaliste européen, en ces termes : « madame, laissez les ivoiriens régler leurs problèmes car nous sommes souverains… » cette sortie, aussi est passée sous les boisseaux.

Qu’est-ce qui prouve que le président Ouattara n’est pas entrain de briser ce mur qui emprisonne les ivoiriens ? Nous avons cru que les ivoiriens allaient s’y engouffrer pour appuyer ce démarrage, eh bien non, parce que c’est M. Ouattara qui l’a prononcée.

Pourtant, les ivoiriens cherchent à mon sens à sortir des mailles du filet de la France-Afrique. S’ils ne veulent pas être attentifs aux dires pour démarrer cette révolution, quand est-ce qu’ils le feront. Peut-être qu’il en a marre de ces injonctions sempiternelles et que, comme il ne veut pas dire les choses de manière directe, il passe par des codes, mais cela est passé comme une lettre à la poste.

M. Macron vient de le féliciter. Le monde ivoire s’écroule. Mais est-ce que les ivoiriens croient qu’ils sont indépendants et souverains ? Qu’ils regardent juste à côté de l’aéroport, un coin stratégique, il y a l’armée française. Pour un pays qui se veut indépendant et cela ne fait pas réfléchir et ils ont tous le regard tourné vers le palais au Plateau.

Le président Ouattara lui-même semble exténué par le système, mais comment faire ? Comme ils n’ont pas encore trouvé son remplaçant, il est obligé de subir toutes les injures. Voilà que son élection ne fait pas l’unanimité et son pays s’embrase et les mêmes, vont le lâcher, une fois qu’ils verront les rapports de force changer de camp. On ne lie jamais une amitié avec les impérialistes qui vous mettent à la tête des états africains et dès qu’ils sentent que le peuple commence à se réveiller, ils vous enlèvent pour placer une nouvelle personne.

La contradiction principale des pays africains, ce n’est pas les chefs, c’est la France et elle commence à donner tous les signaux pour que les africains le comprennent, mais combien saisiront ce message ?

Quand M. Jean-Yves le Drian était aux obsèques de M. Gon Coulibaly, pendant que son pays célébrait une fête importante, les ivoiriens croient en quoi ? Cela fait bien longtemps, que ce qui se passe avait été planifié, mais qui en avait saisi la moralité. N’est-ce pas eux, qui auraient poussé le président Ouattara à revenir sur sa décision, alors l’homme a trop de choses à gérer, surtout sa fondation qui porte son nom ? Alors, inutile de s’en prendre à M. Ouattara qui n’est que la contradiction secondaire. Avoir peur de regarder ce dilemme en face pour l’affronter, les ivoiriens seront toujours dans les émotions pour se divertir.

                                                        Joël ETTIEN

     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.