Moronou: Quand l’argent fait basculer les idéologies politiques.

L’argent a fait basculer les idéologies politiques dans le Moronou. Nous savons que par le biais de l’argent, dans certaines zones ivoiriennes considérées comme bastions surtout pour le PDCI RDA, les lignes électorales se sont enraidies; et dans cette tension, les mémoires se sont effritées.

Les cadres du Moronou et militants du PDCI RDA, dans le temps où leur parti était au pouvoir, ils brillaient de mille feux et de mille flammes, mais depuis la chute, c’est la descente aux enfers. L’ancien député Kabran Brou Jérôme, c’est parce qu’il était valide économiquement, en plus, il enseignait à l’université de pharmacie qu’il rentrait souvent les weekends pour arroser ses parents militants. Téhoua Ama Marie, ancienne secrétaire générale de la palm-industrie, a été une des étoiles filantes politiques de Bongouanou et maire quand son parti le PDCI RDA était au pouvoir. Aka Véronique, celle que tout le Moronou appelle affectueusement, maman générosité, a donné son énergie même quand son parti avait perdu le pouvoir.

Si nous citons ces quelques noms célèbres qui ont fait la pluie et le beau temps dans le Moronou, c’est juste pour situer le contexte du clivage politique dans ce bastion ancien du PDCI RDA. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient, mais hélas, les temps ont changé. L’argent a pris un  autre virage.

Le PDCI RDA est enrhumé chez les agni du Moronou. De nouveaux riches ont émergé entretemps et qui ont pris le relais. Cependant, ils sont du RHDP, le parti au pouvoir. Ils donnent et posent des actes forts pour lesquels, ils ne peuvent perdre aucune élection dans ce fief.

La fierté des agni n’a plus de locomotive et ils sont obligés de suivre leurs enfants que de suivre des partis politiques. Sinon, quand ces agni régnaient du temps de la boucle de cacao, quand ils donnaient leur parole, elle était parole d’évangile. Mais, les choses ont évolué et l’argent est parti, loin de leur fierté et de leur orgueil.

Ce qui est probant dans cette région, ce sont les fils convertis au RHDP que les parents élisent et non des fils des immigrés des générations, devenus aussi fils à part entière. Pendant que dans certaines localités, la bataille se fait rude et inexorable, chez les agni, pour le moins maintenant, ils confient leur sort politique à leurs propres fils.

Si certains jeunes fils de la région du Moronou émergent, ce n’est rien d’autre que le retour à l’ascenseur. Quand N’guessan Ahondjon passe haut les mains à la députation, c’est parce que depuis longtemps, il ne fait que créer des entreprises dans son Arrah natal et qui embauche des jeunes de sa localité. Il donne sans compter et sa générosité a dépassé les frontières de sa région.

Il équipe des écoles, des centres de santé, reprofile des routes, bitume certaines, offre des ambulances à des centres de santé, des forages, des châteaux d’eau. En effet, il est proche de ses parents sur qui, il veille comme de l’huile sur le feu. Aujourd’hui, il fait le Christ et le Samaritain et pour cette loyauté, s’il venait à solliciter des suffrages, il les remporterait sans trop de difficultés.

Alors s’il faut attendre d’être au pouvoir pour alimenter les bases, le PDCI RDA est parti pour longtemps encore. La direction de ce parti ne fait que procéder à des nominations, délégués, membre du bureau politique, conseillers, membres du grand conseil. Quand ces nouveaux promus se remémorent de ce que les autres ont fait de leur propre poche, par le passé et aujourd’hui médusés, ils se disent autant garder ma petite fortune. Voilà le nouveau schéma politique dans la région du Moronou.

Elle n’est pas loin de devenir le nouveau bastion du RHDP, puisque l’argent a changé de camp et comme disent les femmes, quand elles veulent se séparer de leur homme, « on ne peut pas vivre d’amour et d’eau froide ».

                                               Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.