Côte d’Ivoire: Où est la nouvelle génération du RHDP, le pays les appelle.

Nouvelle génération du RHDP, ne suivez pas les traces que vous laissent vos aînés, tracez vous-mêmes, les sillons de votre propre destin, tout en les rassurant qu’il n’y a rien dans la vengeance, la rancune, mais tout est dans l’amour, que vous devrez promouvoir si vous désirez un jour, assumer les hautes fonctions de l’état.

Quel pas suivra la nouvelle génération du RHDP ?

Les jeunes cadres du RHDP brillent et doivent tout faire pour rassurer. Quand leur président dit qu’il veut céder sa place à une nouvelle génération pour la gouvernance, c’est bien d’eux qu’il s’agit. Mais si ces tensions continuent, comment feront-ils, si un jour, cette jeune génération parvenait à prendre ces responsabilités de haut niveau ?

Ils sont tous flambants neufs en apparence, mais il faut que ce physique intègre leur cœur, car ils sont les vainqueurs et c’est le vainqueur qui définit les contours de la paix et de la réconciliation. Si leurs aînés ne veulent pas entendre parler de paix, ces jeunes devraient peser de tous leurs efforts pour ramener l’assurance et le crédit aux ivoiriens.

Il ne faut pas cautionner les rapports de forces pour brimer et heurter les émotions. Le temps vous appartient de voir la souffrance de ceux dont ils prétendent diriger un jour. La rancune ne produit que de la riposte en face et qu’est-ce qu’ils gagneront quand ces vieux partiront ? Ce n’est pas parce que le président Ouattara a subi des frustrations que le RHPD doit rester demeurer dans la vengeance, mais jusqu’à quand ?

Nous sommes revenus dans le parti unique ? La France encourage le retour du parti unique et ces jeunes cadres, ne doivent pas succomber à ce charme. Nous avons lutté pour obtenir cette pluralité et nous tendons vers le retour, du monopartisme et la vie n’aura pas de sens.

Dans quelle logique se trouve la génération du RDHP ?

Quand nous entendons, MM. Bictogo, Hamed Bakayoko, madame Kandia Camara parler, on se demande à qui le président Ouattara confiera le pouvoir si ce sont ceux-là qui sont pourtant dans des amitiés avec tous les jeunes des autres partis politiques, qui cautionneront un héritage politique plein de haine. Non, il faut sortir des discours belliqueux et créer un vrai cadre de paix, d’échanges pour aller à la réconciliation et ce rôle leur revient de droit.

Ce n’est pas parce que les autres crient fort que vous autres aussi, devriez les imiter, alors où est cette nouvelle génération du RHDP à qui, le président Ouattara veut céder le pouvoir demain en Côte d’Ivoire ? Ces cadres sont-ils heureux de voir autant de cadavres jonchés les rues des villes du pays, à chaque élection ? Cette génération du RHDP est-elle contente de voir autant de souffrance s’ériger en mode de gouvernance ? Doit-on utiliser la peur pour gouverner ?

Il faut qu’ils prennent leur courage à deux mains pour parler au président Ouattara qui est de passage, pendant qu’ils ont la longévité devant eux. Il faut que ces jeunes cadres rassurent dès maintenant qu’ils ne tomberont pas dans le trou creusé par leurs aînés.

Quand on a tous les moyens de l’état, c’est-à-dire, tous les pouvoirs régaliens, on ne va pas dans la provocation, mais dans l’assurance et l’apaisement. Quelque soit la durée d’une course de fond, les athlètes sont obligés de s’arrêter à un point final. Alors jeunesse du RHDP, soyez des rassembleurs, des acteurs de développement dans le partage équitable des richesses du pays.

Tous les ivoiriens prient pour le retrait de la vie politique de Ouattara, Bédié et Gbagbo, mais il ne faudrait qu’ils retombent encore dans les violences et règlements de compte sempiternels qui font reculer. On ne peut être heureux que quand tout le monde est heureux dans sa parcelle de vie.

                                                           Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.