Education nationale: Le rêve de Mariatou Koné est réalisé, de dépolitiser l’école.

Mariatou Koné a réussi à dépolitiser la gestion de l’école ivoirienne et là où beaucoup se sont plantés. Lundi 19 juillet 21, à l’hôtel Ivoire, s’est tenue l’ouverture des ateliers sur l’école ivoirienne et pour la première fois, on a vu tous les partis politiques unanimes à reconnaître, que tant que la politique se mêlera dans l’animation de l’école ivoirienne, rien ne pourra lui réussir.

Pari réussi pour la ministre Mariatou Koné

Son rêve est devenu une réalité de revoir de fond en comble le système scolaire ivoirien qui ne forme plus convenablement, et associer tout le monde à se pencher sur la recherche des solutions. En effet, au regard de tous les résultats depuis plusieurs années au rabais, il fallait tout revoir, mais surtout, trouver la personne idoine pour lui confier cette tâche. Mariatou Koné a été choisie et en sa qualité d’enseignante, elle ne pouvait pas se permettre de conduire la jeunesse ivoirienne en dérision sans lui trouver un vrai chemin crédible pour son avenir.

Depuis qu’on crie sur la faiblesse de l’école ivoirienne, c’est maintenant que le niveau de l’école sera revu au respect, au crédit et à la compétition internationale. En organisant ces ateliers sur le système scolaire, elle s’est rendue compte que l’éducation et la formation constituent l’épine dorsale d’un pays qui se veut vraiment et avant tout émergent.

Elle donne donc six (6) bons mois à la réflexion sur de vraies orientations et que ceux qui vont former ces ateliers, lui soient sincères et surtout, sillonnent tout le pays pour s’enquérir des maux dont souffre l’école.

Rencontre avec Mariatou Koné

Ainsi, dans la salle de l’hôtel ivoire, assis côte à côte, tous les leaders politiques ivoiriens qui ont reconnu que l’école ne doit pas être l’affaire d’un seul parti politique fut-il au pouvoir, l’exemple de vouloir rendre l’école aux couleurs du seul RHDP, voilà, que les résultats donnent froid dans le dos. Calamité!

Avec des vrais acteurs et partenaires, l’école ivoirienne va mieux se porter et être compétitive. Aussi, il faut que les animateurs de ces six mois de réflexion, se penchent sur l’habitacle et le personnel car dans certaines contrées, il y a de sérieux soucis.

C’est elle qui a eu son idée, il ne faudrait pas que les mauvaises langues instruisent le président Ouattara et son premier ministre à voir en elle celle qui jouerait contre leur projet de société. Dans tous les cas, depuis plusieurs décennies, ils n’avaient rien pour cette école, donc, ce n’est pas maintenant que le président Ouattara veut se réconcilier avec son pays qu’on lui trouverait des poux dans ses cheveux.

                                                       Joël ETTIEN

                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.