Côte d’Ivoire / PDCI RDA: Guikahué puni ou rehaussé ?

Maurice Kakou Guikahué est nommé par le président Bédié au poste de vice-président, est-ce une punition ou une promotion politique ?

Nouvelle fonction pour Maurice Kakou Guikahué

Il y a eu un échange entre le président Bédié et son capitaine courage, son secrétaire exécutif en chef, Maurice Kakou Guikahué. Ce dernier s’en sort avec une nomination sans qu’on soit situé clairement sur le devenir de ce secrétariat qui lui a donné plein pouvoir de parler dans les hauts parleurs du vieux Bédié.

Pendant que M. Akossi Bendjo Noël, l’ancien maire de la commune du Plateau savoure sa nomination de conseiller spécial chargé de la réconciliation et de la cohésion, photocopie de la fonction de KKB, son fils, Guikahué est devenu vice-président, mais chargé de quoi ? Les vice-présidents, il y en a tellement au PDCI RDA qu’on peut dire sans risque de se tromper que le nominé rumine colère.

Pour ceux qui y voient une promotion, qu’ils nous disent combien de vice-présidents le PDCI RDA dispose en ce moment et ils servent à quoi ? Pour le moment, le président Bédié vient de récupérer son appareil politique entre les mains de Guikahué. Ainsi donc, toutes ces gymnastiques, c’était pour aboutir à le mettre à l’écart ?

Au niveau du comité politique dont les attributs n’ont jamais été clarifiés, le secrétaire exécutif en chef n’a plus les coudées franches pour agir. Il devient un lion sans dents. Guikahué acceptera-t-il cette « retraite » forcée ?

Ce que les uns et les autres oublient, Guikahué a fait la prison. En Côte d’Ivoire, quand un homme politique subit ces brimades et finit en prison, il lorgne le fauteuil présidentiel. En le coinçant dans le gros lot des vice-présidents, ses ailes n’ont-elles pas été brûlées ou plombées ?   

Qu’est-ce qui n’a marché ? Guikahué est un ancien « meeciste ». Quelle est la suite qu’il compte donner à cette gifle, si elle en était une ? Il se dit avoir pris trop de coups dans l’exercice de ses fonctions jusqu’à aller en prison, et la période du choix n’est pas encore arrivée que le capitaine courage se voit freiner dans cette course. Au PDCI RDA, on ne force pas et quand le cadre se détache pour aller en indépendant, on le suspend comme ce fut le cas du ministre actuel de la réconciliation et de la cohésion nationale, KKB.

« Si c’est une sanction ou une mise à l’écart, donc l’arrivée de Thiam pour se candidater est vraie !« , s’exclame un cadre. Mais comment les Akossi Bendjo, contraints à l’exil et qui rumine sa victoire tout en priant l’amnistie du président Ouattara, vont prendre cette suspension ? Auront-ils les forces pour se jeter dans la marre en 2025 ?

On sent à ce niveau des futures alliances au sein du PDCI RDA pour affronter le dauphin parachuté, Thiam. Nous sommes en politique. Qu’est-ce qui prouve que KKB qui a été lapidé en son temps, ne revienne dans le jeu pour jouer l’équilibriste ou l’unificateur ? C’est pourquoi le vieux doit songer à faire le rappel des troupes en annulant toutes ces sanctions d’exclusion sinon, à cette allure, aucune visibilité pour la reconquête du pouvoir d’état n’éclaire ce parti.

Un parti politique qui veut aller à ces compétitions doit avoir pour premier réflex l’unité et non des exclusions, et il n’est pas encore tard. Alors le capitaine courage est nommé vice-président, a-t-il fait la fête ? C’est plutôt le respect des lignes du parti qui l’a bloqué, mais il mérite mieux comme dirait un cadre.

Aussi, on procède à des nominations sans congrès, n’est-ce pas un autre danger qui se profile à l’horizon ? Les proches de Guikahué ne sont pas contents car pour eux, c’est un débarras politique. Ils ne s’avouent pas vaincus et beaucoup attendent le son du gon de l’ancien S.G. en chef, Maurice Kakou Guikahué, pour lui manifester leur soutien. Cependant, Guikahué aura-t-il le courage d’affranchir le Rubicon ?

Ceux qui ont subi les frustrations par lui sont aux anges. « Il a fait trop de torts », nous dit une militante d’un certain âge. « C’est lui qui a fait partir tous les Adjoumani, Patrick Achi, Ahoussou Jeannot, Raymonde Godou, etc », nous le rappelle celle que tous les militants appellent la tata du parti.

Au regard de cette analyse, la nouvelle fonction du ministre Guikahué semble trop ambiguë.

                                                                Joël ETTIEN

                   Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.