Afrique-Santé : Pourquoi, l’élite africaine abandonne les hôpitaux africains pour venir mourir dans le luxe à Paris ?

Pourquoi l’élite africaine, préfère mourir en France comme si c’était la plus belle des morts sur terre, alors qu’elle sait très bien, qu’en construisant des hôpitaux dignes de ce nom en Afrique, leur vie sera sauvée, en plus, est-ce seulement en France qu’on soigne le Corona virus ?

Pourquoi l’élite africaine préfère les hôpitaux occidentaux ?

C’est en Chine, qu’est né le Covid-19 et les chinois l’ont circonscrit, ils se sont mis au travail, pendant ce temps, les européens paniquent. En Afrique, le Madagascar et le Bénin étaient sur le chemin de le calmer quand, on leur a criés dessus pour leur demander d’arrêter, leurs recherches scientifiques. Ces deux pays n’ont pas été soutenus par l’ensemble des présidents africains, mais, de tous les pays en ce moment qui sont entrain d’accueillir ce virus, version Afrique, on ne parle pas d’eux.

L’opposant malien, Soumaïla Cissé par qui, était née la révolution, laconiquement, est venu se rendre aux français et le Covid-19, vient de le tuer dans un hôpital parisien. Alors qu’à côté du Mali, il y a le Niger, qui, en collaboration avec la Chine, a fait construire un hôpital neuf avec toutes les commodités, et mêmes ces mêmes chinois, y soignent aussi le Coronavirus et aucune personnalité africaine, ne veut y aller. Au lieu de venir de se faire achever à Paris, pourquoi ne pas aller au Niger, à Madagascar, au Maroc et même en Chine pour se faire soigner que de venir tout le temps en France.

Le Pr cardiologue ivoirien Maurice Kakou Guikahué, un vrai sachant dans le domaine, est venu aussi à Paris pour se faire soigner. La douleur qui m’étreint en écrivant ces mots, c’est le décès de M. Amadou Gon Coulibaly, qui, à plusieurs reprises avait été donné pour mort à l’hôpital Pitié Salpêtrière, on avait tous cru en sa réelle guérison et qui avait succombé, une semaine après son retour. Sans mettre la crédibilité et le sérieux des médecins français en cause, mais ici, en France, pour qu’un malade meurt dans un hôpital, c’est que la maladie est rarissime.

L’élite africaine en exode sanitaire massif

Mais le constat que nous faisons à travers ces lignes, c’est la question de savoir les raisons de l’arrivée de l’élite africaine, qui a le destin de ses compatriotes entre ses mains et qui les laissent pour venir mourir dans les hôpitaux parisiens. En matière de santé, pourquoi ne pas tenter ailleurs si véritablement, on veut la guérison ?

En Afrique de l’ouest, il y a aussi, le Bénin, le Burkina Faso, qui se battent pour apporter des soins de qualité à leurs compatriotes, est-ce que ces élites-là, ne peuvent pas accepter de se rendre dans ces pays amis pour des soins appropriés, surtout faire confiance aux médecins africains ?

Le jour où, un président africain construira un hôpital digne de ce nom, où il fera aussi confiance à ces médecins, pour se faire traiter sur place, on fera beaucoup d’économie. Pour l’élite africaine qui fuit la misère sanitaire africaine pour venir se faire soigner en France, a-t-elle une idée des conditions de ceux qu’elle a volontairement croupis dans la pauvreté, la misère la plus exécrable, la paupérisation ? Quand ceux-là tombent malades, où ils leurs conseilleraient d’aller se faire soigner ?

Quand on fuit la misère en abandonnant les pauvres pour venir mourir dans le luxe, un poulet mort est l’équivalent d’un homme mort, peu importe les lieux de sa fin de vie, car devant la mort, on est tous égaux.

Joël ETTIEN

Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.