Teodoro Nguema Obiang Mangue et Kudakwashe Tagwirei interdits du territoire britannique et leurs comptes bancaires gelés

Le fils du président guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue et l’homme d’affaires zimbabwéen Kudakwashe Tagwirei n’auront plus le droit d’entrer sur le territoire britannique et leurs comptes bancaires vont être gelés.

Teodoro Nguema Obiang Mangue et Kudakwashe Tagwirei condamnés par le Royaume Uni

« Ces mesures visent des individus qui se sont remplis les poches au détriment de leurs citoyens », a déclaré Dominic Raab, le ministre britannique des Affaires étrangères.

Le fils du président de Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, est accusé de détournement de fonds publics et utilisation de pots-de-vin. Il a été nommé ministre il y a 23 ans et depuis, il a dépensé 500 millions de dollars pour sa vie quotidienne. Résidence de luxe, jet privé, voitures et objets ayant appartenu à Michael Jackson. Parmi eux, le fameux gant du chanteur recouvert de cristal d’une valeur de 275 000 dollars.

La Guinée équatoriale a rejeté ces sanctions. « Les sanctions sans fondement imposées par le gouvernement britannique trouvent leur justification dans les manipulations, les mensonges (…) que promeuvent certaines organisations non gouvernementales contre la bonne image de la Guinée équatoriale », selon le communiqué des autorités, qui évoque des sanctions « unilatérales et illégales ». Le vice-président « n’a réalisé aucun investissement au Royaume-Uni », poursuit le communiqué.

L’homme d’affaires zimbabwéen Kudakwashe Tagwirei est lui aussi sanctionné. Les autorités britanniques lui reprochent d’avoir contribué à la dévaluation de la monnaie du pays et à l’augmentation du prix des biens de premières nécessité. Il a escroqué l’État zimbabwéen en lui facturant des contrats dix fois supérieurs à leur valeur réelle.

Maintenant que le Royaume-Uni est sorti de l’UE, il déploie ses propres règles anticorruption. Le gouvernement britannique envoie un message : il souhaite lutter contre l’argent sale, qui fait perdre chaque année plus de 2% au PIB mondial.

retranscris par Dumisani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.