Togo: On annonce un partage de pouvoir, pour ramener la paix.

Enfin, on annonce un partage de pouvoir au Togo pour mettre fin à la crise postélectorale qui a vu naitre deux gouvernements.

Un partage de pouvoir pour favoriser la paix au Togo

Depuis février 2020 à ce jour, à la suite des élections présidentielles qui se sont déroulées au Togo et qui ont laissé des traces indélébiles qui ont fissuré la société, les tensions ont émergé et chacun était campé sur sa position. Deux camps politiques âprement discutés se regardaient en chien de faïence et c’est la méfiance et la vengeance.

Le camp du Dr Messan Kodjo qui se réclamait élu démocratiquement par son peuple s’est vu, sa victoire volée par le camp des Faure Gnassingbé soutenus par la communauté internationale. Enfants victorieux et enfants soutenus, se sont livrés la guerre.

Sur le parcours de ce chemin caillouteux, beaucoup de togolais ont perdu la vie, certains sont dans les prisons, dans les maquis et d’autres en exil. La vie au Togo, ne semblait plus suivre la cadence. La CEDEAO qui devrait jouer à l’arbitre, a choisi son camp et c’est elle, qui devrait ramener tout le monde à la table de négociation, hélas.

Quand deux personnes luttent un billet de 1000 frs, c’est qu’il y a un qui veut 600frs. La diaspora offusquée de voir son pays dans une dynamique antidémocratique, s’est constituée en libre penseur pour tenter de peser de tout son poids, pour le respect des règles élémentaires de cette démocratie décousue et essoufflée par les guerres de clochés.

Des actions ont été menées et le déséquilibre des rapports de force, n’arrange pas les choses. Des arrestations et intimidations, sont devenus la consommation quotidienne des togolais. Est-ce par peur de perdre son pouvoir que M. Faure agit avec cette rigueur ?

Quelle palabre qui n’a pas de fin ? Ce matin, on annonce le partage du pouvoir entre les camps politiques opposés autrefois. L’idée vient de qui ? Comment y parvenir ? Pour leur sagesse, tout le monde sollicite la négociation implicite du Père Affognon et Mgr Barrigah. Seront ils à la hauteur des nombreuses attentes de leurs compatriotes exténués par cette crise ?

Pour faciliter les contours, il faut que le président Faure arrête, les emprisonnements et les intimidations. Il faut aussi que le camp des Messan Kodjo accepte de mettre beaucoup d’eau dans son vin pour laisser passer l’oxygène d’un retour à la paix.

Dans ce cas d’espèce, on ne donne aucune raison à un tel ou à un tel, c’est se mettre d’accord sur leur désaccord. Il y a plusieurs postes à pouvoir et chacun doit accepter de jouer sa partition pour que le Togo revienne sur sa raison pour occuper son fauteuil dans le concert des nations.

Il faut le dire, depuis la crise à ce jour, tout semble bloqué au Togo. Les mamans Bez, n’ont plus d’activités, la jeunesse est dispensée de savoir à cause de la vétusté et du recul démocratique.

Faure et Messan Kodjo, le peuple vous regarde et ne faites pas primer vos intérêts, sinon, ce petit pays, risque de vivre de la petitesse de son histoire. A vos marques, togolais !

                                                                   Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.