Côte d’Ivoire: Une candidature de Bédié, serait-elle le dernier coup fatal du PDCI RDA ?

Pour ceux qui interpellent le président Bédié à se candidater aux élections présidentielles de 2020, préparent le dernier coup qui va tuer le PDCI RDA.

Une autre candidature de l’ancien président Henri Konan Bédié, c’est complétement ombrage à l’évolution et à la promotion des cadres de ce parti, dont bon nombre, sont à jour de leur temps et de leur espace. Il n’est plus un candidat actif, mais plutôt un consultant. C’est parce que le parti ne respecte plus ses propres règles, qu’il se trouve dans la tourmente depuis plus de 20 ans.

Au cours de leur dernier congrès, toutes les résolutions prises, n’ont jamais été respectées. Au cas où, M. Ouattara serait candidat en 2020, est ce qu’il serait encore possible pour M. Bédié compte tenu de son âge et des enjeux politiques qui s’annoncent, d’être candidat à l’an 2020 ?  Car pour être candidat à une élection présidentielle, il faut un minimum de condition physique, pour atteindre ses objectifs.

Pour tous les services rendus au PDCI RDA et à ses militants, il serait souhaitable que le président Bédié, devienne l’encadreur et le président d’honneur.

 Le PDCI RDA est le seul grand parti qui a formé des grands cadres actifs, capables, d’assumer valablement, l’héritage politique, afin de réconquerir du pouvoir d’état qu’il a perdu depuis 1999, suite à un coup d’état militaire.

Le PDCI RDA doit se métamorphoser face aux grands défis que notre époque nous impose. Bédié serait-il toujours dans cette modernité avec ses exigences inexorables ? Les NTIC qui, à chaque minute innove et devenus, une exigence à s’y engouffrer, le président Bédié sera-t-il à l’heure à ces énormités contraintes de notre temps ? Non, susciter le président Bédié à se candidater, serait, un suicide collectif qui emporterait, le parti lui-même. Pour ceux qui encouragent le président Bédié, que reprochent-ils aux jeunes cadres ?

 PDCI RDA continue de troubler ses jeux politiques et ses militants commencent à avoir des doutes. Je partage souvent les idées de certains jeunes militants pour la plupart unis dans des forums sur les réseaux sociaux.

Les deux grands forums, les « Intrépides et le Grand débat du Renouveau », sont devenus des clubs de soutien, ne voyant plus de visibilité. Que deviendront-il quand, la vérité éclatera ? Le PDCI RDA ne participera pas aux élections présidentielles de 2020, auquel cas, il prendrait ses responsabilités que de vouloir toujours attendre pour accuser l’adversaire de ne l’avoir pas soutenu. Voilà encore, des excuses fourbues pour conduire tous ces milliers qui rêvent de prendre une vengeance sur le temps. Pour un parti qui a perdu le pouvoir depuis 1999 et adopte cette attitude, sans remords, ni regret, encore plus de stratégies et qui se complait dans un rôle de suiveur et de concubinage politique. Bédié, n’est plus la solution pour les combats futurs.

Quel est le rôle de tous ces secrétaires de section, les délégués de section à l’étranger, les membres du bureau politique, du grand conseil etc, qui n’arrivent pas à assumer leurs responsabilités, en posant clairement le problème et qui encouragent la direction dans son rôle de distraction. Personne n’ose et la direction continue de berner.

Pourquoi dans les tournées, le secrétariat exécutif, tient des propos cousus de diatribe et de flatterie, plutôt que des messages de clarification ? Tantôt, le secrétaire exécutif dit que le président Bédié aura le dernier mot. De quel mot, il s’agira et pourquoi, il tarde à venir pour consoler les militants impatients. L’an 2020 approche à grands pas et le RDR s’organise. Ils ont tenu leur congrès. Leur bureau vient d’être connu et ils avancent. Si le dernier mot revient au président Bédié, il y a un hic, parce que de tout temps, ce dernier, n’a de cesse de clamer haut et fort, que le candidat du RHDP sera le candidat du PDCI RDA au point où, par mesure de prudence, prononcer le nom du PDCI RDA, devient presque, un sacrilège. Sa préoccupation imminente, c’est le renforcement du RHDP et la mise en place du parti unifié, qui verra le jour. Soro Guillaume est appelé à cette tâche, qui l’a calmé dans sa détermination. Soro Guillaume, est commis au renforcement du RHDP et au parti unifié. Qui me dira le contraire ? Le temps avance.

 Le secrétaire exécutif en la personne du Pr Maurice Kakou Guikahué, n’arrête pas aussi de renchérir qu’ils ont élu M. Ouattara et que le RDR sait, ce qu’il lui revient de droit en 2020 sans jamais expliciter l’engagement formel et non négociable de son parti aux élections présidentielles. Il y a du flou dans l’air. Le temps avance. Un pouvoir ne se donne pas, mais se lutte, souvent au prix du sang. Les raisons, il faut aller les demander à Bédié, qui laisse son parti, pour aller en créer de nouveaux. Ne fait-il plus confiance à son parti ? Qu’il le dise, afin que, ceux qui y croient encore en assument les responsabilités ?

 Aucun jeune ne figure dans les délégations et sur les tables de séance au cours  les réunions publiques et les jeunes continuent dans l’ignorance, à mettre bâches et chaises ou tester les micros pour se rassurer des meilleurs sons. Leurs avis ne comptent pas. Pendant que le RDR fait la promotion de ses jeunes. La direction du PDCI RDA, les piétine. Mais le PDCI RDA a quel complexe, ce grand et premier parti politique ivoirien ? Si c’est le président Bédié qui est le problème, qu’est ce que les autres attendent pour le congédier et se démarquer du RDR ?

Le cyber-activisme des jeunes de ce parti sur les réseaux sociaux, est salutaire, mais malheureusement, ils ne sont associés à aucune décision, confinés, dans des clubs et associations de soutien. Ils souffrent ces jeunes qui veulent avoir le profil de leurs candidats pour enflammer les réseaux sociaux. Ils veulent des discours clairs, car ils sont devenus des grands et férus, maîtrisant à souhait cet outil informatique rien que pour faire gagner leur parti. Ils brûlent d’impatience et aucun mot d’ordre claire ne vienne de leur direction. Du ministre Jean Louis Billon, en passant par, Ahoussou Jeannot, Charles Diby Koffi, Niamien N’goran, ils sont fatigués de créer des émulations autour de ceux-là, mais ni les concernés encore moins la direction, n’ose se prononcer. Et la direction attend le feu vert du RDR ; parti adversaire et concurrent supposé à l’an 2020.

Alors, disons le tout net, il n’y aura pas de congrès, encore moins de convention pour désigner le potentiel et crédible candidat pour aller à cette élection. Attendre que le président Bédié, donne un mot d’ordre, maintenant, c’est perdre son temps. Il attend, l’officialisation du parti unifié. Que feront ces milliers de militants qui croient que le PDCI RDA aura un candidat ? A force de vouloir bénéficier des avantages personnels et protéger ses biens, le PDCI RDA finira par disparaître.

 Si depuis 1999, le président Bédié a trouvé des mots pour endormir ses militants, ce n’est pas le virage de 2020, qui lui fera perdre son verbe. La fin des fins de règne d’un parti qui croyait en son président et dont ce dernier a manqué de courage et de détermination. M. Ouattara utilisera toujours M. Bédié comme son homme d’appoint.

Joël ETTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.