Côte d’Ivoire: A quand la libération des prisonniers politiques et militaires ?

A quand la libération des prisonniers politiques et militaires ivoiriens pour que le soleil brille sur leur cohésion ?

Les prisonniers politiques encore dans les geôles

Les ivoiriens sont disposés à aller à la paix si et seulement si les trois leaders politiques le comprennent et fassent de cette denrée rare leur priorité pour que les autres suivent. Dans le vrai et la réalité, rien n’oppose les ivoiriens entre eux. A y voir de près, par les mariages inter-ethniques et les cousinages à plaisanterie, les ivoiriens se portent bien et vivent bien entre eux jusqu’à l’avènement des trois acteurs politiques ivoiriens : Ouattara, Bédié et Gbagbo.

Pendant sa rencontre avec le président Ouattara, le président Gbagbo avait plaidé auprès de ce dernier la libération de tous les prisonniers politiques et militaires. Le président Ouattara qui avait offert un sourire à la place d’une réponse, fait durer cette attente. Tous les ivoiriens avaient cru que cette doléance allait connaître une suite favorable; mais nous voilà dans le prolongement du temps et rien ne suit.

En effet, tous les ivoiriens avaient cru que le président Ouattara le ferait lors de son discours à la nation; cependant, il n’a ordonné que la libération des détenus de 2020 issus du fameux comité de transition initié par le président Bédié.

En ce qui concerne les prisonniers de la crise postélectorale de 2010, jusque-là, c’est un silence radio et nous voudrions relancer l’appel du président Gbagbo concernant leur libération.

Quel rôle doit jouer le ministère de la réconciliation dans la libération des prisonniers politiques

S’il a initié un ministère chargé de la réconciliation et de la cohésion, qu’il lui facilite la tâche pour que celui-ci parvienne à jouer pleinement sa mission; car, il ne peut rien entreprendre si pendant qu’il sensibilise sur le terrain, certaines personnalités politiques et militaires soient encore en prison.

Alors si on doit parler d’unité et de cohésion, il faut bien que le président de la république fasse de grands gestes dans ce sens pour décrisper cette atmosphère trop pesante sur la Côte d’Ivoire. C’est vrai qu’il laisse entrer certains acteurs exilés sans aucune restriction de leur liberté, mais il y a encore des gens en prison. Il serait louable qu’il fasse diligence pour leur libération. 

Aussi, il faut revoir le retour de Charles Blé Goudé afin élargir le champ du vivre-ensemble.

Le bout du tunnel de la vie nationale en osmose est ouvert et visible; il appartient au président de la république de poser des actes forts afin de laisser dans sa gestion des souvenirs tangibles pour l’unité nationale.

On remarque que le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion a entrepris une tournée nationale pour la sensibilisation; mais pour qu’il y parvienne, il faut que les trois acteurs politiques ivoiriens se parlent pour montrer qu’ils se sont rapprochés. Car dans le vrai, les ivoiriens n’ont aucun problème d’unité.

Si le président Ouattara a trouvé important de mettre un ministère dédié à la réconciliation et à la cohésion, il faut qu’il donne de la volonté. Et ce dit ministère sera ce creuset pour recevoir les mécontents qui souhaiteraient se faire entendre en cas de litiges.

                                               Joël ETTIEN

             Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.