Côte d’Ivoire: Neuf mois après leur mutinerie, la hiérarchie des Forces Spéciales avouent avoir fauté par manque de maîtrise des plus jeunes

Dans le cadre de sa prise de compte avec les hommes sous sa responsabilité, le ministre d’Etat, ministre de la SécuritéHamed Bakayoko était ce jeudi au camp des Forces Spéciales à la base navale de la marine à Adiaké  (Sud-est).

Après la pose de la première pierre du réfectoire et la démonstration technique des éléments de cette unité d’élite de l’armée ivoirienne place a été réservée aux différents discours.

C’est le commandant en second des forces spéciales Tibet Bi, qui au nom du général Lassina Doumbia  a fait observer que depuis la création de ce corps c’est la première fois que leur ministre de tutelle leur rendait visite.

« Cela démontre l’importance que vous accordez à vos hommes. Nous exprimons notre fierté », a –t-il indiqué, avant de revenir sur la mutinerie survenue au sein du camp en février dernier pour des questions de primes selon des sources non officielles.

« Nous avons fauté une première fois par manque de maîtrise des plus jeunes », a avoué ce dernier, avant d’ajouter: « Il s’agit d’une crise de croissance pour la jeune unité. Elle est aujourd’hui derrière nous. »

Il a aussi relevé les conditions de vie et de travail des soldats qui ne sont pas meilleures alors qu’ils ont la lourde tâche de sécuriser le pays contre toutes éventualités.

Quant au ministre Hamed Bakayoko, il n’a manqué d’exprimer toute son admiration pour les forces spéciales , reconnaissant les difficultés qu’elles rencontrent dans l’accomplissement de leur mission.

Revenant sur leur mutinerie, il leur a demandé de tourner la page pour s’inscrire dans une nouvelle dynamique.

« Je ne reviendrai pas sur le passé. On veut tourner la page pour ouvrir une nouvelle page », a-t-il déclaré, avant d’inviter les forces spéciales à lui faire confiance tout en leur promettant d’améliorer leurs conditions de vie et de travail.

« Je suis un grand fan des Forces spéciales », a révélé Hamed Bakayoko, avant de poursuivre. « Il vous faut des conditions de vie et de travail spécial. Je vais établir une connexion avec vous. Je peux compter sur vous, on est ensemble », a conclu Hamed Bakayoko.

Les forces spéciales ont été créées en novembre 2011 et sont présentées comme l’unité d’élite par excellence des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI).

Elles se sont signalées lors de l’attentat terroriste de mars 2016 où elles ont réussi à neutraliser les djihadistes néanmoins en perdant trois de leurs éléments. Cette unité d’élite sous la responsabilité du général Lassina Doumbia également chef d’Etat-major adjoint des armées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.