Côte d’Ivoire: vœux du nouvel an, et si on décryptait les vœux de chaque personnalité politique ivoirienne?

La fin de l’année 2019 a donné l’occasion aux leaders politiques ivoiriens, d’adresser leurs vœux à leurs militants et au peuple de Côte d’Ivoire.

Les vœux des politiques ivoiriens, décryptage…

Parmi ces adresses, il y en a que le peuple ivoirien attendait à cause de leurs contenus, pensant soulever des pans de toutes les crises et espoirs, il y en avait que tout le monde s’y attendait.

De tous ces vœux, nous en avons retenu trois, celui de Soro Guillaume, des présidents Bédié et Ouattara.

Soro Guillaume savait que tout le monde l’attendait. Il a trop parlé sans aller à l’essentiel et si son taux d’audimat a fortement augmenté, c’est parce que tout le monde croyait qu’il allait dire des choses nouvelles qui pouvaient apaiser ou éclairer des lanternes. Quand il dit dans son discours que des présidents africains, sans en citer, lui déconseillent l’affront et d’être modéré, alors pourquoi se mesure-t-il au président Ouattara ?

Si tant qu’il dispose d’un carnet d’adresses aussi important, pourquoi ne l’avait-t-il pas utilisé pour éviter cette situation chaotique qui va le fragiliser, vis-à-vis de celui qu’il prétend, appeler son père ? A cause de son affrontement, beaucoup paient le lourd tribut dans son sillage. Il y en a qui sont en prison, d’autres pourchassés pour s’être réclamés de lui. Pourquoi, n’a-t-il pas écouté ces anciens chefs d’état ou ceux encore en exercice pour activer cette bataille dont il va sortir perdant, parce qu’il vient de bloquer son avenir politique.

Le conflit Soro-Ouattara, qui des deux en sortira vainqueur?

De quelle lutte, pourra-t-il engager contre M. Ouattara s’il se s’avère déjà vaincu d’avance ? Soro veut se dédouaner de beaucoup de situations tout en voulant noyer le président Ouattara, mais ses hésitations et son manque de courage, l’ont plus éloigné qu’il ne croit. Quant aux pro-Gbagbo, qui espéraient des propos qu’ils souhaitent entendre, ils sont restés sur leurs attentes, pourquoi n’est-il pas allé jusqu’au bout ?

Le président Bédié a parlé avec détermination, sagesse, mais il lui a manqué le courage. Il confirme qu’avec les efforts, il a pu convaincre toute l’opposition. Il croit avoir la majorité avec lui et de surcroît, son parti le pdci rda gagnerait les élections d’octobre 2020. A l’entendre parler, le camp Ouattara serait minoritaire, mais pourquoi vouloir tendre la main aux minoritaires, pour négocier de quoi, à partir du moment où la cour africaine des droits de l’Homme et des peuples, les a déboutés, au profil de M. Ouattara ?

Quand il dit qu’il cultive le dialogue et qu’utiliser la violence, n’est pas dans ses gènes, qu’est-ce qu’il lui reste donc ? Quant à la refonte de la commission électorale indépendante, la CEI, le président Bédié oublie que sa monture a été validée par la communauté internationale et dont sa direction est entrain d’installer les commissions locales. Les élections auront bel et bien lieu et elles vont se tenir.

Nous sommes déjà en 2020. Dans 9 mois, il y aura les élections, à quel moment et comment ferait-il pour renverser les rapports de force à son avantage ?

Le temps court et la période approche. Les minoritaires, ont déployé leurs machines sur le terrain.

Il n’a de cesse de faire des constats et chaque fois qu’il en parle, il est attaqué de toute part, soulevant les vieux souvenirs de l’ivoirité, joli concept, hélas, mal compris et utilisé.

Dans son élan pour la reconquête du pouvoir d’état perdu en 1999, il dit rassurer ses alliés. La Côte d‘Ivoire n’a pas encore cette culture de nation pour que le peuple comprenne l’essentiel et le capital. Quand il dit que ces alliés l’aideront à prendre le pouvoir d’état, comment ils vont s’y prendre ? Si M. Bédié d’aventure prenait ce pouvoir, comment il va s’y prendre pour sa gestion avec ces idéologies de gauche ?

Les vœux du président Ouattara

Quant au président Ouattara, il est toujours resté droit dans ses bottes. Il a compris l’essence de la gestion d’un pouvoir d’état. On ne joue pas avec le pouvoir. Il applique la rigueur et la fermeté dans sa gouvernance, car dans un pays de plus de 60 ethnies où les intérêts sont malheureusement diversifiés, le laisser-aller, est très dangereux. Gouverner, n’est pas pour plaire à quelqu’un.

Le président Ouattara insiste sur l’ordre. On peut penser ce qu’on veut de lui, mais il a ses alliés locaux et le soutien des institutions bancaires internationales (la banque mondiale et le fonds monétaire international). Ouattara met en garde, tous ceux qui seront tentés de vouloir faire un coup d’état ou lancer des appels à la désobéissance civile. Il va plus loin, pour la stabilité et la poursuite des enjeux économiques et sécuritaires, qu’il n’accepterait jamais, des fauteurs de troubles à l’ordre public. Il a tous les pouvoirs régaliens.

Quand il promet de faire, il se donne les moyens d’atteindre ses objectifs. Eux tous, ont parlé à la nation tout entière, voilà ce que nous avons retenu de leurs différents messages.

A notre tour, nous souhaitons nos meilleurs vœux de 2020, de paix, de tranquillité et que le mois d’octobre 2020, en lieu et place d’inquiétude, se transforme comme une tempête dans un ver d’eau.

                                                                                      Joël ETTIEN  

Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.