Montée de tension entre Somalie et Somaliland après des centaines d’expulsions

La décision des autorités du Somaliland d’expulser le week-end du 2 au 3 octobre hors de ses frontières des centaines d’hommes, femmes et enfants qui y étaient installés depuis 20 ans crée la polémique. Ocha, la coordination humanitaire de l’ONU en Somalie ainsi que des ONG alertent sur le risque d’une « crise humanitaire sérieuse ». Les autorités du Somaliland, autoproclamé indépendant depuis 1991, invoquent des raisons de sécurité.

Plus d’un millier de personnes, selon Ocha, ont déjà été chassés de force au cours de cette opération. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants originaires du sud de la Somalie, mais qui étaient installés depuis près de 20 ans à Las Anod, dans la province de Sool au Somaliland. De source humanitaire, ils ont d’abord été rassemblés dans un stade puis embarqués à bord d’une vingtaine de camions. La plupart se trouveraient actuellement dans les environs de Galkayo et Garowe, dans la région semi-autonome somalienne du Puntland.

« Honteux » pour Mogadiscio

Cette décision provoque une montée de tension entre les autorités de Mogadiscio et celles du Somaliland. Du côté de ces dernières, on explique pour justifier l’opération que les populations déplacées vivaient à Las Anod illégalement, et « menaçaient » la « population locale » suite à une recrudescence d’incidents sécuritaires récemment.

Mais dimanche 3 octobre, Mohamed Hussein Roble, le premier ministre de Somalie, qui considère toujours le Somaliland comme faisant partie intégrante de son territoire, a qualifié de « honteux, laid et déshonorant » le fait d’« expulser des Somaliens » de leur propre pays. Il accuse au passage le Somaliland de « mauvais traitement ». Le ministère des Affaires étrangères du Somaliland lui a répondu dans un communiqué pour dénoncer un « ingérence » jugée inacceptable. 

De son côté, l’ONU alerte sur les besoins humanitaires de ces populations déplacées et se dit inquiète alors que ces expulsions pourraient se poursuivre.

avec rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.