Philippines: le bilan s’alourdit après le passage dévastateur du super-typhon Rai

Au moins 33 personnes ont été tuées par le typhon le plus puissant qui ait frappé les Philippines cette année, et plusieurs dizaines d’autres sont portées disparues, ont indiqué ce samedi les autorités, qui ont fait état de destructions « alarmantes » sur les îles qui ont subi le plus fort de la tempête.

Typhon ravage les Philippines

Rai était qualifié de « super-typhon » lorsqu’il a touché terre jeudi, sur l’île touristique de Siargao, accompagné de vents de 195 km/h. « Tout volait, c’était comme si c’était la fin du monde », a témoigné Raphy Repdos, un tour-opérateur en visite sur l’île au moment de la tempête.

Plus de 300 000 personnes ont dû fuir leurs domiciles depuis jeudi à cause du typhon qui a ravagé le sud et le centre du pays, selon l’Agence nationale des catastrophes naturelles des Philippines. Il a traversé vendredi en fin d’après-midi le nord de l’île de Palawan, destination touristique populaire, avec des vents de 155 km/h selon l’Agence météorologique nationale, avant de s’éloigner vers la mer de Chine méridionale, en direction du Vietnam.

Des photos aériennes partagées par l’armée montraient des dégâts considérables dans la ville de General Luna, où de nombreux surfeurs et vacanciers avaient afflué avant Noël, avec des bâtiments dépourvus de toits et des débris jonchant le sol.

 « Les murs et les toits ont été arrachés et soufflés comme du papier »

L’île voisine de Dinagat a été « rasée » par la tempête, a écrit le gouverneur Arlene Bag-ao sur Facebook, précisant que des maisons, des bateaux et des champs avaient été détruits. « Les murs et les toits ont été arrachés et soufflés par Odette comme du papier », a-t-il déclaré, utilisant le nom local du typhon.

« Il s’agit de l’une des tempêtes les plus puissantes qui aient frappé les Philippines au mois de décembre au cours de la dernière décennie », a affirmé Alberto Bocanegra, responsable de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux Philippines. « Les informations que nous recevons et les images que nous recevons sont très alarmantes ».

Plus de 18 000 militaires, policiers, garde-côtes et pompiers vont se joindre aux efforts de recherche et de sauvetage dans les régions les plus touchées, a annoncé Mark Timbal, porte-parole de l’agence nationale des catastrophes.

Le bilan a été alourdi après l’annonce du responsable des catastrophes de la province centrale de Negros Occidental, qui a confirmé le décès de 13 personnes, la plupart par noyade, et la disparition de 50 autres dans une zone touchée par les inondations.

(avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.