Côte d’Ivoire: CAFOP ?

Nous avons assuré, de nombreux collègues et moi-même, la semaine dernière, la surveillance des épreuves afférentes à la délivrance du DIS (Diplôme d’instituteur stagiaire).

Mais, que d’énormités vues sur les copies des candidats ! Pour des instituteurs, certes stagiaires qui, cependant, doivent tenir des classes dans moins d’un an, dispenser des enseignements et évaluer des apprenants, je trouve cela plus que préoccupant. Ces entorses graves aux canons grammaticaux, syntaxiques et orthographiques que nous avons pu observer, en disent long sur l’atmosphère paillarde et latitudinaire qui préside aux recrutements. Et pourtant, l’un des piliers sur lesquels repose le développement d’une nation, reste, sans conteste, la formation, l’éducation.

Mais, pour une formation et une éducation efficientes, il faut des formateurs eux-mêmes formés et éduqués, non sur des bases légères noyautées par l’inculture, la dissolution, mais plutôt sur des accoudoirs rigoristes privilégiant l’excellence, le savoir-faire et être. Sur la foi de ce qui m’a été donné de constater, de visu, je peux affirmer que c’est un génocide intellectuel à venir qui se prépare, si rien n’est fait pour parer au plus vite à cette situation.

Le silence devant le crime ayant ses implications dans le crime, je peux me réjouir de n’avoir pas observé l’omerta, comme le font beaucoup, croyant ainsi rendre d’énormes services à leur formation politique et à la nation entière, sur les dérives et insuffisances intolérables identifiées pour de futurs formateurs. Ne détenant aucun pouvoir de décision, ma mission ou mon ‘’kpakpatoya’’ s’arrête-là. Seulement, qu’on ne vienne pas nous déclamer un de ces jours sur le plateau du 20 heures de RTI1 avec des airs innocents et atterrés, qu’on ne savait pas que la situation était si gravissime. Une émergence crédible, digne de foi, s’opère toujours avec des hommes de qualité.

En mon sens, dans les domaines de l’éducation et de la santé, aucune complaisance ne devrait être de mise. Cela dit, à chacun sa vision de l’émergence. Dieu nous garde !!!

Williams Roger Akeke

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.