Côte d’Ivoire:  La guerre la plus meurtrière se prépare

A la suite de la déclaration de M. Ouattara juste après son élection de 2015 de ne plus se représenter en 2020, le RDR est en ébullition et les ivoiriens ne sont pas loin d’une guerre, la plus meurtrière et la plus fratricide. Suivez, mon regard.

Comme à leur habitude, à la veille de 2020, les rois, chefs coutumiers, religieux et société civile, seront payés à prix d’or afin  d’organiser des meetings, des grands rassemblements pour faire suite à des doléances à l’égard du président Ouattara, en l’encensant d’éloges et lui prêtant tous les bons dieux que sans lui, le pays basculerait dans une guerre civile, donc, le supplieraient de revenir prendre un 3ème mandat. Premier scénario.

Deuxième scénario: La tête de Soro Guillaume sera mise à prix par ces mêmes chefs et rois, suppliant le président de la république, de le traduire à la CPI, en orchestrant des coups tordus, ce n’est pas de le déchoir de ses fonctions de président de l’assemblée nationale, pour le neutraliser à mort.

Troisième scénario: intimer l’ordre au PDCI RDA de lancer un autre appel en sa faveur, dans le cadre d’un RHDP qui existe plus.

Alors, si tous ces plans sont mises en branle, qu’est-ce qui va se passer? La population va vouloir descendre dans les rues pour des protestations et les militaires vont tirer à balle réelle et c’est parti  pour la guerre que les ivoiriens, n’ont jamais vécus.

Que ferait donc Soro Guillaume? Il vient de se rendre compte qu’il est détesté à mort par le camp de M. Ouattara. Il a compris sans nul doute. Il regarde du côté du FPI, rien ne le rassure, alors, il va se tourner vers celui qu’il a toujours considéré comme son « père », en la personne du président Henri Konan Bédié et sa puissante machine du PDCI RDA. Comme le président du PDCI RDA ne veut plus voir ses compatriotes mourir, encore que son parti n’a pas d’armée, il va ouvrir le parti où les Soro viendront s’engouffrer. Le peuple critique Soro d’avoir du sang sur la main, oui, mais pour les vivants dont il n’a de cesse de demander pardon, que fera cette population aux mains nues face à des gens puissamment armés qu’ils n’ont jamais vues de leur existence sur leur territoire? Tout va se tourner autour de Soro.

Dans le cas d’espèce, comme le dirait un adage: « pour éteindre le feu qui ravage une maison, on n’a pas besoin de la qualité de l’eau », les ivoiriens, gagneraient à sérieusement réfléchir s’ils veulent vraiment vivre et laisser ce pays à des générations dans la paix.

Le PDCI RDA de M. Konan Bédié voudra-t-il sacrifier son parti pour porter le jeune Soro Guillaume à porter l’étendard de ce parti pour tenter d’éviter le pire à la Côte d’Ivoire? Les esprits se préparent et nous attendons la suite. Ce qui est sûr, M. Soro Guillaume est aux portes du PDCI RDA et les ivoiriens  voient en lui, un des leurs. A quoi riment ces mutineries et ces caches-d’armes? Pourquoi M. Ouattara a confié l’armée à Hamed Bakayoko? Voilà des militaires qui s’entraînent au Maroc. La Côte d’Ivoire n’est pas attaquée de l’extérieur, mais alors, pourquoi, tous ces signes?

Le camp Ouattara le sachant, va tenter de mettre le président Bédié en minorité, ce qui ne sera pas dutout facile et le fragiliser au maximum pour récupérer une grande partie de ses militants. Certains cadres, qui veulent protéger leurs gros intérêts, vont aller dans la danse du RDR et le jeu, sera terrible. Déjà, les mascarades vont commencer à travers des organisations insensées à gros sous, pendant que le peuple meurt de faim. Le président Ouattara qui ne maîtrise plus, ses assoiffés de pouvoir, va se retrouver dans un autre dilemme, celui de calmer l’ardeur de ces derniers, dont  Gon Coulibaly, Hamed Bakayoko, Cissé Bacongo, Adama Bictogo et les autres qui se sont engrangés de l’argent du contribuable ivoirien pour monter au créneau, leur survie en dépend.

Ce qui arrive dans les 2 ans à venir, n’est pas une question d’orgueil, de jugement stérile ou de condamnation, mais de faire valoir les intérêts de la nation.

Dans tous les cas, que les chefs d’état africains, tentent de  racoler les morceaux entre Soro et Ouattara, les blessures sont béantes et plus rien ne sera comme avant. Quand dans une amitié, s’installent le doute, la méfiance, elle va droit dans le mur.

Alors, le problème des prisonniers et des exilés que faire? Dans les batailles futures, au cours d’une mutinerie, ces prisonniers sortiront, puisque les « loyalistes » auront besoin de leur appui et de leurs expertises pour gagner le dessus. Une fois que cette étape aura été franchie, il y aura un grand appel  national. Le sursaut national, prendra le pas sur les jugements. Les exilés rentreront et la Côte d’Ivoire se videra à la grande surprise générale, puisque, ces étrangers qui mènent la danse, le font parce que M. Ouattara est là.

Dans nos prochaines éditions, nous apporterons d’autres informations pour annoncer et prévenir des risques réels que courent les ivoiriens, s’ils ne prennent pas dès maintenant, leurs dispositions.  La guerre plane sur les ivoiriens et ces ivoiriens, ont intérêt à ne plus laisser le sang des innocents coulé. D’une manière ou d’une autre, les rois, chefs religieux, coutumiers seront les vassaux de cette terrible guerre qui arrive pour des problèmes d’argent. La dernière guerre à l’ivoirienne que seuls les ivoiriens, peuvent l’amortir, c’est celle de 2019 qui va annoncer les couleurs de 2020.

Joël ETTIEN  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.