Côte d’Ivoire: Le pouvoir s’éloigne de la réconciliation nationale

Le pouvoir ivoirien ne regarde pas dans son rétroviseur pour sa conduite des affaires du pays et tout porte à croire qu’il s’éloigne de l’unité et de la cohésion qui peuvent lui faciliter la tâche. La réconciliation que tous les ivoiriens attendent, n’arrive pas et les espoirs sont prêts à s’envoler.

Pourquoi vouloir engager une bataille au moment où, tout le peuple attend la paix et des discours d’apaisement? Le président ivoirien sait-il que toute chose a une fin? La prison est-elle une solution quand elle se limite à la liberté d’expression et crée de l’injustice? En plus, tous les ivoiriens estiment que les prisons sont trop bondées. La vie y est inhumaine par le traitement infligé aux pensionnaires dont certains sont atteints par des maladies contagieuses et d’autres par des pathologies graves. L’état joue à l’intrusion et diligente, qui, il veut jeter en prison et la justice suit.

Des mandats d’arrêt sont confiés à Interpol pour ramener encore d’autres politiques pour les envoyer dans ces prisons. Mais, ce que le pouvoir ivoirien oublie, c’est qu’un cadre ivoirien a plus d’un village à nourrir et un gros retour sur investissement familial. Prendre le risque d’arrêter la vie, c’est retirer la cuillère de la bouche de ces milliers de dépendants dans un pays où manger une seule fois par jour, revêt d’un parcours de combattant, c’est aussi préparer des révoltes futures.

Est-ce que le président Ouattara en a-t-il conscience, lui qui revient de si loin avec l’étouffement des mutins, un autre volcan endormi et qui peut se réveiller à tout moment? Qui le conseille? D’aucuns disent que M. Ouattara n’écoute que sa femme, mais alors que cette dernière lui donne les vraies souffrances des ivoiriens, puisque son mari s’est muré dans une tour d’ivoire. Il n’entend plus, ne voit plus et il voyage.

Comment peut-on parler d’émergence sans paix, ni de réconciliation dans un pays où tout le monde se regarde en chien de faïence? Est-ce un rêve ou une insouciance? La faillite du pouvoir qui réconforte l’avènement de tous les dangers explosifs à savoir les microbes, les coupeurs de route, l’état lamentable et injurieux de ces bitumes qui ont occasionné autant d’espoir et que les pluies lessivent sur leur parcours par ses ruissèlements, ces villages coupés du reste du monde, voilà des sujets sur lesquels, le pouvoir devrait bomber le torse et qui se plait à creuser le fossé entre lui et ses administrés. La Côte d’Ivoire connaît de sérieux problèmes sociaux qui peuvent préoccuper le pouvoir. Ce pouvoir n’a pas pitié de lui et enfle le malaise.

Relire aussi: Alassane Ouattara, le roi nu

Oui, il est grand temps d’évoquer la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, préalable à tout développement. Les ivoiriens doivent avoir des signaux forts d’union, de paix pour cultiver le vivre ensemble. Ne le faisant pas, c’est un autre crime crapuleux, dont le pouvoir maître du jeu, doit en payer le prix.

Oui, les ivoiriens doivent entendre dans les différents discours cousus de mensonge, des mots forts et le dire sans le faire, est encore, une faute grave qui peut être sanctionner à des moments électoraux. Pourquoi fuir ce qui te suit tous les jours? Tous jouent à l’hypocrisie autour du chef de peur de perdre sa place et ses privilèges. Comme, me disait un cadre influent du RDR de passage à Paris, « dans tous les cas, nous allons le payer cash, parce que M. Ouattara n’est pas éternel et immortel » ». Ce qui m’a surpris d’entendre ce cadre, autrefois, pro-Ouattara, son dieu, me relater ce constat, je n’ai acquiescé que  par un ‛‛hum’’. Donc, quand ils ne sont pas auprès de leur mentor, ils savent qu’ils sont dans le faux et lui mentent !

Récemment, l’arrestation de Soul to Soul, nous a donné l’occasion d’entendre sur les réseaux, des jeunes du nord désacraliser le mythe de leur dieu vivant en un minable ingrat. A force de ne pas lui relater les réalités du terrain, même les jeunes du nord, ont pris fait et cause pour son jeune dauphin. La roue tourne, et le vertige peut emporter le parapluie.

Ouattara serait-t-il devenu le roi nu, un rat face à la mer? Ayant peur de la réconciliation, et que l’opposition a failli, qui est cet ivoirien capable d’en faire véritablement son cheval de bataille, forcer la porte et rassembler ses frères et sœurs qui souffrent?

Lire aussi: Alassane Ouattara, comme un rat face à la mer

Quand un fauve apprivoisé manque de nourriture, il peut se retourner contre son maître. Oser parler de réconciliation, n’est pas un crime. Parlons-en!

Joël ETTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.