Côte d’Ivoire: Le temps se révèle aux ivoiriens

Le Dieu que les ivoiriens louent et implorent est entrain de se révéler à eux. Ils doivent maintenant, l’exalter dans leur méditation et dans le silence de leur compréhension.

Les ivoiriens ont attendu 6 ans sous la terreur et la dictature d’un régime de frayeur, aujourd’hui, la peur a changé de camp. Ils doivent se taire et savoir lire entre les lignes. A la suite du réaménagement technique du gouvernement Ouattara, le risque d’une explosion est réel. Les plaies sont ouvertes et les ivoiriens, doivent dans le cas présent, arrêter de se juger et avoir, en idée, un intérêt commun, leur pays, pour le libérer du joug de ce balafré.

Aujourd’hui, le problème de la Côte d’Ivoire, n’est pas M. Soro, ni M. Bédié, ni le FPI, et encore moins le PDCI RDA, mais l’invasion et le peuplement mis en place depuis l’avènement des Ouattara.

Que faire face à ces délicates équations? J’en vois deux (2) pistes de réflexion.

A) Le PDCI RDA avec son président Henri Konan Bédié.

Aucun responsable de ce parti, n’est étranger au risque que court le pays tout entier. En sa qualité d’expérimenté, le président Henri Konan Bédié, joue la carte de la protection, de l’épargne de trop victimes. Le récent limogeage de certains de ses cadres, en est la nette illustration. Ils n’ont pas voulu jeter de l’huile sur le feu, le souhait du camp du RDR qui est prêt à tout si le président Bédié veut se soustraire d’eux pour aller aux élections avec de nouveaux alliés. Pour calmer le jeu, le PDCI RDA qui a déménagé provisoirement son siège à Paris à cause des vacances de son président dans l’hexagone, pour produire un communiqué dit de Paris, subtil, lissé, orienté et fin. Du coup, pour les peaux sensibles, ils y ont vu, une fuite de responsabilité, au demeurant, un jet d’éponge. Le président Bédié sait que le RDR a rendu caduque leur alliance qui, dans leurs déclarations, dans des insolences non justifiées. En 2015, il leur a copieusement offert leur victoire et en 2020, lui font de la surenchère politique. Ils ont tout oublié,  dans leur amnésie, ce bienfait. S’ils veulent encore de la faveur au préjudice de son parti politique, la forme n’y est pas. Oubliant que, quand on vous sert dans une assiette, si vous ne la rendez pas, avec quel récipient la prochaine nourriture, vous sera t-elle servie?

Les militants et cadres du PDCI RDA, doivent savoir raison gardée et chercher à renforcer, l’union, la cohésion, la mobilisation, pour ne pas sombrer à nouveau dans le chaos. Leurs victoires sont à leur portée.

La patience et l’observation doivent les guider dans leurs démarches car le RDR, ne sera pas prêt à lâcher du leste si et seulement si, « son pouvoir », lui échappait. Quand ils disent, que le PDCI RDA a gouverné pendant 40 ans et qu’ils ne voient pas pour quelles raisons, ils doivent abandonner le leur en 10 ans, ils oublient l’histoire. Si le PDCI RDA ne s’était pas transformé en béquille pour eux,  par quel moyen passeraient-ils, pour prendre ce pouvoir? En plus, tous les acquis de ces 40 ans, ils les ont tous abîmés en 10 ans. Comme dit, un penseur: laisser à la tête d’un état, un économiste, c’est laisser un ivrogne dans une cave.

B) Le cas Soro Guillaume

Il ne faudrait plus que les ivoiriens fassent de Soro, leur problème, ils contribueront à jeter leur pays, dans la jungle. La Côte d’Ivoire, sous Ouattara est devenue un parc à félin. L’insécurité, l’injustice, la vengeance, la politique de rattrapage ethnique, le camp Ouattara leur a assez montrés jusqu’où, il est prêt à en découdre avec eux. Les étrangers, les envahissent petit à petit et ça, le PDCI RDA et M. Soro Guillaume, l’ont compris. Le sursaut national devrait les animer tous. C’est pourquoi, pour l’heure, ils doivent taire les problèmes de personne et se mettre dans la logique d’une union pour barrer le chemin à ces imposteurs. Sans rentrer dans le bois sacré, le séjour européen de Soro Guillaume a été pour beaucoup dans l’affûtage des grandes stratégies. Alors, Soro ne doit plus être un adversaire à passer à tabac, à calomnier. Si le peuple ivoirien cherche sa survie, jamais, l’occasion ne lui sera servie.

Le rapprochement entre Soro et le président Bédié, doit les rassurer à comprendre que, pour éteindre le feu d’un incendie, on ne cherche pas la beauté de l’eau et les ivoiriens, doivent faire l’économie de tout jugement dans ce sens. Depuis, ces années de terreur, qu’est-ce que les actions ont donné comme résultats?

Le réaménagement technique du gouvernement, n’est pas fortuit. A la guerre comme à la guerre, Ouattara en confiant la défense à Hamed Bakayoko, vient d’ouvrir la plaie. Et, pourtant, le même Soro qu’il vilipende, ils vont lui proposer le poste de vice-président après leur fameux congrès. Au même moment on lui assigne des ennemis. Mais, Soro Guillaume, n’est pas un enfant de cœur et non plus un novice en politique. Voilà, deux armées qui vont s’affronter dans les jours à venir. Que veut véritablement M. Ouattara? La paix! mais si oui, pourquoi, sauter encore la clôture du PDCI RDA pour aller embrasser, l’embrasement? Le PDCI RDA ne va plus laisser faire et pour économiser encore des morts, les ivoiriens, en ont assez payé, l’approche de Soro, est vraiment salutaire. Puisque M. Ouattara vient de confirmer son « armée », pourquoi, ne mettrait-il pas cette dernière à la disposition de ce parti politique et des ivoiriens, pour lui permettre de gagner les élections et s’asseoir plus tard, pour régler leur conflit, si conflit il y a?

Aujourd’hui, Soro confirme qu’il y a des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, pendant que M. ouattara dans ses mensonges les plus grotesques, dit le contraire. Aujourd’hui, c’est encore le même Soro qui demande le retour des exilés et envoie des missions à la Haye pour rassurer, les plus grands détendus du siècle, après Nelson Mandela, le président Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Qui l’eut cru?

S’il doit avoir des troubles à la date des jeux de la francophonie, ce ne sont pas les fonctionnaires qui en profiteront pour revendiquer leurs dus, ce sont les jeunes gens transformés en militaires, qui l’ont installé et refuse d’honorer ses promesses. Alors si face aux armes, il faut des téméraires pour répondre par la violence, puisque la nomination de M. Hamed Bakayoko répond à cela, où est la sagesse acquise pendant ces 10 ans passés à la tête d’un pays de paix et d’amour, la Côte d’Ivoire?

Attention, si les ivoiriens croient qu’ils sont passés à côté de la guerre, la vraie guerre arrive. C’est donc le moment de savoir raison gardée et parler d’un même langage sans jeter la pierre à Pierre ou à Paul, s’ils veulent voir leur pays se réunifier.

Les vrais ennemis du pays, ne sont pas les vrais ivoiriens, mais, ceux qui appliquent la violence comme mode d’expression et la terreur comme moyen de gouvernance. Ce n’est qu’à ce prix, que les ivoiriens s’offriront, la joie et le bonheur. L’autre temps de Dieu, étant le temps, il se révèle à eux.

Tant que les Ouattara seront là, les ivoiriens ne dormiront jamais, les deux yeux fermés.

Joël ETTIEN

Président fondateur de L’Eveil-Solidarité au PDCI RDA, (courant) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.