Côte d’Ivoire: Pourquoi KKB n’était pas au palais lors de la rencontre Gbagbo-Ouattara ?

A la suite de la rencontre Ouattara-Gbagbo, beaucoup nous interrogent sur l’absence de KKB, ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale au palais. Loin de nous, une réponse proche du ministre, nous voudrions apporter une analyse à la situation qui prévaut.

Absence du ministre KKB au palais

D’abord, au summum des audiences à la Haye où la fréquentation au président Gbagbo et Blé Goudé était presque proscrite, KKB a été le seul à ouvrir les portes des visites aux autres politiques.

En ce temps-là, personne ne songeait guère qu’un jour, ces valeureux ivoiriens allaient recouvrer la liberté pourtant il continuait de les fréquenter. Le même KKB, pour avoir osé, son parti politique le PDCI RDA, l’a suspendu, presque radié. Comment on peut gagner au loto si on ne joue pas au loto ?

Beaucoup ont encore taxé le ministre de la réconciliation de ne s’être pas rendu à l’aéroport pour l’accueil du président Gbagbo, le plus gros morceau. Ce que ceux-là oublient, KKB est nommé par un président à qui, il rend compte et de qui il reçoit des ordres. Un ministre qui ne la boucle pas, démissionne, disait, une personnalité française.

Depuis qu’il est arrivé, le président Gbagbo, le ministre KKB ne cesse de s’enquérir de ses nouvelles quotidiennement.

Aujourd’hui tous les résultats de ce combat, rude au départ, jubilent. Mais avant d’en arriver là, il y a eu bien des acteurs et KKB fait partie de ceux-là.

La discipline et le respect font partis du quotidien de KKB. Il a été tout autant ému comme tous ceux qui ont suivi la scène et c’est le résultat qui compte.

Aujourd’hui, on le voit partout comme le traître de la république et dès qu’on prononce son nom, c’est le brouhaha et les injures. KKB ceci, KKB cela, mais le temps étant l’autre nom de Dieu, tôt ou tard, cette pierre rejetée pourra devenir la principale. Autant s’asseoir pour réfléchir et gagner du temps en l’associant au débat.

Si les présidents Bédié, Ouattara et Gbagbo s’étaient harmonisés en son temps pour faire ce qui se dessine devant les ivoiriens et le monde entier, il y allait avoir beaucoup de morts en moins que le pays a déjà totalisé. Les ivoiriens font tout avec gros cœur et à la fin, ils se fourvoient.

Le même KKB s’est présenté à deux reprises aux élections présidentielles pour éviter le chaos à son pays mais on n’arrête pas de le juger. Il faut que les ivoiriens s’arrêtent un temps soit peu pour porter de grandes réflexions qui pourront les nourrir et c’est tout leur pays, qui en sortirait grandi et vainqueur, comme ce qui s’est passé au palais ce 27 juillet 21.

En plus, tout le gouvernement n’était pas à ce rendez-vous, ce n’est pas parce qu’il est en charge de la réconciliation que si on ne l’a pas invité, il va forcer à être présent. Il y a un protocole à suivre et KKB l’a suivi.

La cuisinière n’est pas souvent à la table de ses convives, mais est toute heureuse et fière que ses assiettes reviennent vides. Comme on le dit, ce ne sont pas tous les combats qui se mènent en surface, mais la victoire a plusieurs papas.

A tous les ivoiriens, vive la Côte d’Ivoire et dixit le président Ouattara : « que tout ce qui s’est passé en 2010 soit, dans l’oubli et que les ivoiriens regardent désormais, devant ». KKB a joué sa partition sinon la sonorité n’allait pas être audible et agréable à l’oreille. Maintenant, que les ivoiriens voient ce qui serait bien pour leur avenir que de se focaliser sur des détails.

                                                               Joël ETTIEN

                       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.