Côte d’Ivoire: Est-ce Awa Ehoura qui lance à nouveau un SOS pour son cas ?

Nous lisons depuis quelques jours un SOS lancé en faveur de la journaliste Awa Ehoura qui souffrirait atrocement et manquerait de moyens financiers pour se soigner. Une interrogation de taille mérite d’être posée à cet effet, car pour la première fois où un tel cri d’alarme avait été lancé, une de ses parentes était montée sur tous les créneaux pour vertement démentir. Mais alors pour cette fois-ci, où est cette dame et est-ce une volonté de la souffrante, si oui, pourquoi c’est maintenant ?

SOS pour la journaliste Awa Ehoura

Les réseaux sociaux nous aident beaucoup dans tous les cas d’informations et échanges. On ne peut plus s’en passer, mais alors faut-il qu’il y ait une certaine cohérence et une probité. Nous savons tous qu’après l’arrestation du président Gbagbo en 2010, beaucoup des figures de proue de son soutien ont connu la fuite, l’emprisonnement, la mort et des gèles de leurs avoirs. Un combat avait été lancé à tous les égards pour décrier cette injustice.

Beaucoup ont bénéficié de ces marches et manifestations comme le président Gbagbo lui-même et aujourd’hui, tout semble rentrer dans l’ordre. Pendant ces moments difficiles, le cas de la journaliste Awa Ehoura avait été lancé et nous en avons pris faits et causes pour son cas. Qu’est-ce qui n’a pas marché quand au moment où les âmes sensibles devraient agir dans l’anonymat, sa prétendue sœur vienne fermer le débat ?

Maintenant, qui peut croire dans ce deuxième numéro de ce SOS ? Du coup, le froid s’est imposé sur son cas et les généreux donateurs sont devenus méfiants. Est-ce que c’est elle qui a lancé le message pour demander de l’aumône ou c’est encore un canular ? Le revers des réseaux sociaux, c’est qu’ils sont devenus le champ des arnaqueurs. N’est-ce pas un tel réseau qui veut profiter pour se faire de l’argent ?

En plus, le président Gbagbo pour qui le malheur lui est arrivé, est de retour. Pourquoi ne pas le saisir directement avant de lancer un tel SOS pour une dame qui souhaiterait sans doute garder sa dignité et son honneur ?

Le doute d’une telle intervention s’est installé dans l’esprit des ivoiriens concernant cette dame et les gens sont passés à autre chose et c’est vraiment dommage.

Toutefois, nous osons espérer que le président Gbagbo aurait cette information pour en faire bon usage car il ne peut pas rester insensible à cette dame, qui a fait rayonner son visage et son professionnalisme à l’écran pour faire véhiculer l’information à cette époque. Si le président Gbagbo ne peut pas répondre, que les ministères en charge de la solidarité se saisissent de son cas.

                                                       Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.