Guinée-Bissau: l’Union Africaine, vient de valider les résultats des élections présidentielles.

L’union africaine vient de valider les résultats en Guinée-Bissau.

Guinée-Bissau: l’Union Africaine atteste les résultats

Les travaux qui ont sanctionné le 33ème sommet de l’union africaine, viennent de s’achever et un communiqué final a été produit, en deux tomes, sur la validation des résultats en Guinée-Bissau et la monnaie.

Dans ce communiqué final, les chefs d’état ont félicité les organisateurs des élections présidentielles qui se sont déroulées en Guinée-Bissau pour les efforts et la stabilité qui ont régies cette élection et félicitent le vainqueur.

Il ne faut surtout pas confondre la politique en Guinée-Bissau à l’affection intime que certains éprouvent pour le perdant M. Simoes Pereira. Il faut aider ce pays a retrouvé sa stabilité afin d’amorcer son développement. Ce qui pose problème en Afrique, c’est la confusion de l’estime personnelle ou tribale dans la gestion politique. Cette manière de se comporter en Afrique, fait partie des maux du retard de ce continent.

Une élection présidentielle à deux tours s’est déroulée, parce que celui qu’on aime a perdu, alors il faut bloquer tout le processus, faire languir la population qui a fait son choix à la majorité et pour déboucher inéluctablement sur des guerres civiles. En ce qui concerne la Guinée-Bissau, ce pays a trop souffert de ce manque de rigueur qui l’a pénalisée.

Que la leçon soit tirée de tous

Que les voisins qui retrouvent en ce désordre qui bloque l’évolution de la Guinée-Bissau, leur équilibre, se disent que tout a une fin et qu’on ne peut pas satisfaire à leur gourmandise pour priver un peuple de son bonheur.

Les bissau-guinéens ont porté leur choix sur le candidat Umaro Embalo, toute l’Afrique vient de saluer cette victoire, il appartient donc à la cour constitutionnelle, de prendre ses responsabilités pour ouvrir, le soleil et la démocratie qui appelle et rassure les investisseurs à s’intéresser à ce pays longtemps, resté en marge de la tranquillité.

Une nouvelle ère s’ouvre sur la Guinée Bissau et gloire soit rendue au président Mario Vaz, qui rentre dans l’histoire en y inscrivant son nom en lettre d’or. L’Afrique lui revaudra. C’est un des rares présidents en Afrique, qui organise des élections libres et transparentes et se retire de la vie politique, en se mettant à la disposition de son pays. Bravo !

Le mandat n’est que de 5 ans…

Un mandat présidentiel ne dure que 5 ans et que le perdant se mette à la disposition de son pays, pour constituer un opposant crédible, respectueux des règles du jeu démocratique et permettre au nouveau, d’actionner le démarrage de ses futures mesures pour le développement de son pays.

Ainsi, le 27 février 20, tous les bissau-guinéens doivent accorder leur violon pour organiser, l’investiture de leur nouveau président qui incarne leur espoir et leur garantisse, la quiétude, parce qu’il va apporter ses marques pour embrayer le levier du démarrage économique et social.

C’est le moment de féliciter tous ceux qui ont participé à ce renouveau qui ouvre le pays sur les ondes de la cohésion sociale. Voilà une noble occasion pour M. Simoes Pereira de montrer sa grandeur politique, en allant saluer publiquement son frère Embalo le jour de son investiture pour éviter les doutes et suspicions, qui effraient déjà, les investisseurs, le faisant, il s’attire tout l’honneur, s’il aime véritablement son pays.

On peut servir à tous les postes pour le développement dans un pays, ce n’est pas seulement, en étant président de la république qui n’est pas un banc, mais un seul fauteuil.

                                                                                        Joël ETTIEN

                          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.