Afghanistan: les talibans prennent Sheberghan, fief du chef de guerre Dostom

Les talibans se sont emparés ce samedi de la ville de Sheberghan, dans le nord de l’Afghanistan, deuxième capitale provinciale à tomber aux mains des insurgés en moins de 24 heures et depuis le début du retrait définitif des forces étrangères du pays en mai.

Les talibans progressent

Cela faisait plusieurs semaines que les Talibans tentaient de s’emparer de Sheberghan, la capitale de la province de Jawzjan, située près de la frontière avec le Turkmenistan. « Malheureusement les talibans se sont emparés de la ville de Sheberghan », a indiqué à l’AFP Qader Malia, vice-gouverneur de la province, ajoutant que « les forces (afghanes) et les responsables ont fui vers l’aéroport ».

La province de Jawzjan est ou plutôt était le bastion du maréchal Dostom, puissant et redouté dirigeant de milice ouzbek, une communauté majoritaire dans le nord du pays. Celui-ci, qui fut vice-président du pays de 2014 à 2020, est rentré récemment de Turquie face à la menace justement que son fief tombe aux mains des talibans.

Un conseiller du maréchal Dostom a confirmé la chute de Sheberghan. « Les forces de sécurité et les responsables se sont retirés dans une zone située à environ 20 km de la ville. Ils s’étaient déjà préparés, notamment en y transférant assez de munitions pour se défendre face à une attaque des talibans », a-t-il précisé.

Une stratégie d’encerclement des villes

Ils se sont rendus maîtres vendredi d’une première capitale provinciale, Zaranj, capitale de Nimroz dans le sud-ouest du pays, sans rencontrer de réelle résistance de la part des forces afghanes, déjà occupées à défendre plusieurs autres capitales provinciales à travers le pays.

Les talibans se sont emparés ces trois derniers mois de vastes territoires ruraux, et dirigent désormais leurs offensives sur les grandes villes, encerclant plusieurs capitales provinciales, dont Kandahar et Hérat, deuxième et troisième villes les plus peuplées du pays. Hérat, une ville que ses habitants ont commencé à quitter. Face à l’avancée des talibans et une situation sécuritaire qui se dégrade, le Royaume-Uni a appelé ses ressortissants à quitter immédiatement le pays.

avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.