Burkina Faso: Plus de 30 civils tués par les terroristes et jusque-là, l’union africaine, n’a réagi.

Les terroristes ont encore tué au Burkina Faso

Le Burkina Faso subit de nouvelles attaques terroristes

Pendant que les burkinabés pensaient que la rencontre de Pau allait atténuer leur souffrance, les voilà pris en tenaille dans un marché où les terroristes ont ouvert le feu sur eux pour en tuer plus de 30.

A quoi aurait servi ce sommet du G5 du Sahel présidé par le président Macron si sur le terrain, n’a rien changé. C’était pour éviter ces carnages que certains chefs d’état africains du sahel, vivant la terreur de ces djihadistes, sont venu à Pau, une ville de province française.

Au Burkina Faso, dans le village de Silgadi, dans la province de Soum, les terroristes ont tué plus de 30 personnes. C’est la deuxième attaque depuis la fin du sommet France-Afrique du sahel, dénommé les G5.

Pourquoi, s’en prennent-ils aux civils ? Avant d’attaquer les civils, ils ont d’abord saboté l’antenne téléphonique du village. Ainsi, n’ayant plus de réseau, ils sont passés à l’acte. Ceux de la population qui ont vu le danger, ont pu fuir pour se réfugier à Bourzanga dans le Bam, a expliqué une source.

Le 20 janvier 20, un groupe armé a fait irruption dans le marché de Nagraogo. Ils y ont abattu 30 civils et brûlé tout leur marché.

Fin avril 2019, on se rappelle que c’est un pasteur et ses cinq fidèles qui ont été tués, juste après leur culte dominical. Ils y ont abattu 32 civils, brûlé encore le marché du village. Dans leur repli, les terroristes ont tué quatre autres civils au niveau du village de Alamou.

On ne cessera jamais de le répéter, tant que les chefs africains ne prennent pas la mesure de ces hostilités et s’impliquer vigoureusement, les massacres continueront et les populations vivant dans ces zones, n’auront jamais la paix. C’est pourquoi, nous impliquons l’union africaine de bouger de son siège douilleux pour s’occuper des réels problèmes du continent.

A supposé que ces zones du Faso soient riches en minerais, faut-il laisser des terroristes exterminer les pauvres habitants de ces zones ? Pourquoi, s’en prennent-ils aux civils ? C’est parce qu’ils constatent qu’il n’y a aucune riposte encore de menace ne leur pèsent.

La France veut supplier l’armée américaine de ne pas se retirer de ces zones et de rester pour les aider au sol à la lutte, ce n’est pas une histoire d’intervention extérieure, mais de l’implication massive et armée des pays africains qui connaissent mieux le terrain que ces forces étrangères en qui les populations, n’ont aucune assurance et aucune confiance et exigent leur départ.

                                                                                           Joël ETTIEN

                             Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.