Coronavirus: La gestion de cette pandémie ne va-t-elle pas emporter des régimes ?

La gestion du Coronavirus ne va-t-elle pas emporter des régimes ? Depuis mars 2020, période à laquelle le virus a fait son apparition, ses modes de contagions et la lutte contre sa venue ont suscité trop de remous et cela ne semble pas prêt de s’arrêter. Alors, dans notre inquiétude, nous lançons la réflexion sur la gestion des risques de cette pandémie qui risquerait d’emporter des régimes si les responsables n’y prennent garde.

La gestion du coronavirus, pas une mince affaire

Il n’y a aucune zone sur cette planète où des mécontents ne prennent pas les rues, souvent en émeutes pour éviter de se faire vacciner ou se faire confiner. La vie n’est plus agréable à vivre car trop de contraintes, de limites et la liberté d’aller et venir est compromise. L’Homme se sent étouffé et contrôlé. Il n’y a plus d’intimité, tout est surveillé et le monde prend du vertige.

 Il y a trop de contraintes imposées à la recherche des remèdes contre ce virus mondial. La rapidité avec laquelle les vaccins ont été trouvés, semble suspecte à ceux qui les reçoivent. Et comme lorsque quelque chose rentre dans l’organisme, s’il ne tue pas le rend fort, trop de vaccins contre un seul virus provoque des revendications violentes généralisées voire mondialisées.

La rapidité avec laquelle les présidents se sont précipités à encourager leurs ressortissants à se faire vacciner, d’abord une première dose et dans la fraction de semaine une seconde, et maintenant une troisième, pourquoi pas une quatrième si leur but n’est pas atteint, donne cette impression que la science est devenue un loup pour les Hommes.

Avant, les laboratoires se servaient des souris pour des tests mais bizarrement contre le Coronavirus, ce sont sur des Hommes que les expériences sont faites; du coup, l’inquiétude gagne du terrain. Dans les DOM-TOM, les rues s’enflamment. Dans les pays scandinaves, en passant par la France où tous les samedis des marches sont organisées contre la gestion opaque de cette pandémie, il y a fort à blanchir des cheveux.

En France justement où dans quelques mois il va y avoir des élections présidentielles, la gestion de ce Coronavirus occupera une bonne place dans les débats. Pendant ce temps, les rues sont rouges de flamme et des magasins incendiés, que faire ?

                                                Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.