Côte d’Ivoire: Bédié, Ouattara et Gbagbo, aucun n’a le droit de bouder la fête du 7 août prochain.

Les présidents Gbagbo et Bédié ne peuvent pas se donner cette joie pour refuser l’invitation du président Ouattara pendant les festivités marquant les 62 ans de l’indépendance de leur pays la Côte d’Ivoire qui vont se dérouler dans la ville natale du premier président ivoirien, le président Houphouët Boigny, à Yamoussoukro, le 7 août prochain. aucun des deux, n’a donc le droit de bouder cette occasion.

Une présence souhaitable des présidents Gbagbo et Bédié le 7 août

On les a vus tout souriants de bonheur et de joie de se retrouver, lors de leurs retrouvailles au point où c’est le plus jeune des trois, Laurent Gbagbo qui a lu le communiqué final, alors qu’en d’autres termes, c’est le secrétaire général de la présidence qui était dévolu à cette tâche, c’est dire combien, ils pèsent dans la cohésion nationale de leur pays. Alors, maintenant que tous les ivoiriens voudraient se mettre devant leur petit écran pour les voir assis sous le même chapiteau, à assister au défilé militaire, on entend des murmures venant des deux anciens, de continuer à réfléchir.

Le moment ou bien le temps de la réflexion est déjà passé, c’est bien avant d’aller au palais au Plateau, mais là, ils sont tenus de poursuivre cette marche vers l’unité complète des ivoiriens. Celui qui brillera par son absence sera cet ennemi qui ne veut pas de paix dans ce pays.
Les ivoiriens sont fatigués de leur fatigue, il est grand temps de passer aux choses sérieuses et gars à celui qui se métamorphose en boulanger, il rendra compte au peuple car entre les ivoiriens, il n’y a pas de problème, le problème c’est leur distance de se parler.

En pays bété, quand il y a un décès, autochtones et allogènes se mettent ensemble pour compatir à la douleur de la famille éplorée. Le mariage inter-ethnie fonctionne toujours, les populations se parlent, ce sont les trois qui posent problème. Alors, si les deux Gbagbo et Bédié sont invités à prendre part aux festivités marquant l’anniversaire des 62 ans de l’indépendance, pour une fois, il faut que le président Ouattara ait ce courage de produire un communiqué pour dénoncer et le reste, le peuple s’en chargera.

On a crié la dictature de Ouattara, au point où il a renversé le vin de son ver pour le remplacer avec de l’eau, il faut que chacun y mette du sien car dans cette histoire, aucun des trois n’a le “cul” propre. Ce n’est pas parce que les ivoiriens ne disent rien, qu’il faut abuser de leur bonne foi. Ils souffrent et cela doit influencer leur égo.

Alors tout le monde doit se rendre à Yamoussoukro pour la fête de l’indépendance et le président doit, dans son adresse, soulager tout le monde par la libération sans exception de tous les prisonniers. 

                                                          Koné Bintou

                                                 Afrique de l’ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.