Côte d’Ivoire/Gouvernement Patrick Achy : Joies et pleurs à la suite de l’annonce du nouveau gouvernement.

Atmosphère hier mardi 6 avril 21, dans certaines familles ivoiriennes à la suite des départs et des arrivés dans le nouveau gouvernement dit Patrick Achy ou Patrick 1er,  notre reportage.

Réactions après l’annonce du gouvernement Patrick Achy

Hier, pendant que dans certaines familles, la joie battait son plein avec des cris de victoire, dans d’autres, c’était la douche froide et des mines grises. Chez la nouvelle ministre de la culture, de l’industrie des arts et du spectacle, la nuit a été longue et chaude, au domicile de madame le maire de la commune d’Arrah, Harlette N’guessan, la toute première femme de l’Ahuanou à être arrivée à ce niveau de responsabilité, donc logiquement, la joie festive, se comprend.

Pour ceux qui savaient qu’ils allaient rester, ils étaient mitigés. Nous étions aussi à Port-Bouët, chez le président des jeunes du soutien de Fofana Sindou, ministre reconduit au tourisme. Ses deux téléphones n’arrêtaient pas de sonner pour qu’il intercède auprès du ministre, pour lui traduire leurs félicitations.

Le tout est de bien se réjouir, mais la tâche qui les attend, n’est pas du tout aisée et la suite sera comme de l’huile sur le feu qu’il faut contrôler.

Patrick Achy sera à la tâche et avec ses collaborateurs, mais est-ce qu’ils connaissent son mode de travail ? Si le président Ouattara l’a choisi, c’est bien à cause de son abnégation et son ardeur au travail et aux résultats satisfaisants. Patrick Achy, rentre pour ainsi dire dans l’histoire de son pays et tous les regards sont braqués sur ses orientations. Il sait aussi que les ivoiriens, par le biais des réseaux sociaux qui sont devenus, leurs canaux d’expression, les seuls que le pouvoir ne peut rien, ne sont plus tendres.

Ils ont de ses critiques qui peuvent fendre la mer sur les réseaux sociaux où il y a eu la naissance et l’éclosion des oracles qui prédisent tout et sont infiltrés dans le pouvoir. Leurs paroles sont prises au sérieux, par le peuple. En plus, la situation sociale ne lui est pas favorable tellement les attentes du peuple sont nombreuses et énormes. Patrick Achy sait aussi, qu’il sort de l’ombre d’un système qui lui aussi, sort des moments difficiles avec les décès en cascades des premiers ministres en moins de 8 mois.

Pour ceux qui entrent ce pourquoi, leurs familles ont jubilé toute la nuit, qu’ils se disent que c’est maintenant que tout commence et comme dit l’adage, ce n’est qu’aux pieds du mur qu’on reconnait le bon maçon. Maintenant rien ne se cache et out se sait en une fraction de seconde.

Pour ceux dont les parents ont pleuré à chaudes larmes, il faut que l’ivoirien se dise qu’un ministre, n’est pas une fonction, mais une nomination et que si on ne l’est plus, on peut retourner à ses anciennes amours, il n’y a pas de mal, à voir un ancien ministre reprendre la craie pour ceux qui étaient enseignants, par exemple, mais ici, on a la nette impression, qu’un ministre, est une fonction à vie.

L’essentiel est connu, le capital est attendu et l’important doit arriver. La Côte d’Ivoire a eu son 1er gouvernement, après les élections, conduit par le technocrate-politique, Patrick Achy que tout le monde attend et hérite d’un passé qui ne lui donne aucune faveur dans ses erreurs.

                                                              Joël ETTIEN

                       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.