Côte d’Ivoire: Sans la paix, le reste sera difficile.

Maintenant, est-ce que les ivoiriens peuvent passer à la reconnaissance de la paix dont ils en avaient fait leur deuxième religion ? Les ivoiriens reviennent de loin et nous espérons qu’ils doivent déposer leurs bagages pour prendre un bol d’air et revoir les conditions de vie de leur propre environnement et cela un prix, bien avant, un constat. Ce constat, c’est de leur propre bilan et de ce qu’ils veulent pour eux et pour leur environnement.

Absolument rechercher la paix et la maintenir

Même si la France joue un grand rôle pour la protection de ses intérêts, les ivoiriens doivent se dire avant tout, qu’ils sont propriétaires de leur destin. Comme dans l’histoire de toute nation, ce sont les grands bouleversements qui définissent et provoquent des déclics. A partir de cette prise de conscience, les Hommes se donnent la possibilité de se fixer des objectifs, dont ils jurent de respecter et faire respecter à leur progéniture.

Ainsi, tout le monde sait que le plus gros problème des ivoiriens, c’est le respect de leur constitution qui a été piétinée par le RHDP. Comme leur candidat avait promis qu’il ferait tout pour la remettre au goût du jour, qu’il le fasse vite. Mais, ce que les ivoiriens doivent aussi admettre, c’est leur propre comportement et leur courage à choisir leur leader. Ils sont tous coincés par des partis politiques qui ont atteint leur limite et refusent de se mettre à jour.

Tant que ces réglages, ne sont pas faits, le reste leur sera difficile. Un autre souci, celui des aînés qui refusent de prendre leur retraite, il faut les y contraindre, à partir de cette constitution sinon, on peut vouloir devenir quelqu’un, tant que ceux-là, donnant l’impression d’une certaine solidité, alors qu’elle est de façade, les ivoiriens auront du mal à s’affranchir.

La paix, un bien déjà connu des ivoiriens

Qui leur a dit qu’il leur faut forcément, un aval des égoïstes et méchants pour réussir ? Voir autant de valeurs humaines suffoquées et se faire humer par la lutte d’un héritage bloqué entre les mains d’une oligarchie, si ce n’est pas en Côte d’Ivoire, jamais de mémoire d’Hommes, je ne me rappelle pas en avoir vu quelque part.

La paix, oui cette denrée devenue rare et pourtant, ils en ont la notice, tant que les ivoiriens, ne l’appliqueront pas dans leur comportement et attitude, c’est comme une malédiction qui les suit, ils ne réussiront rien de durable. Ils vont beau fréquenter les édifices religieux, ils n’y obtiendront rien. Ils se feront toujours gruger par ceux, qui ont ce discernement qui les abuseront.

Ils font trop confiance à des marabouts, prophètes, bishops, pasteurs, imams et pourtant depuis plus de 20 ans, leur situation n’a pas changé. Il faut s’arrêter pour souffler, la vie ivoirienne n’est pas un désastre. Il faut se servir de ce qui leur est arrivés pour rebondir. Ne pas prendre palabre des autres pour en faire sienne. Ne plus cultiver le culte de la personnalité des autres, mais valoriser leur propre culte personnel. Ne pas retomber dans la haine. L’immigration dans tous les pays du monde est une richesse, il faut que les ivoiriens dans leur prochaine constitution se protègent et quadrillent l’acquisition de leur nationalité.

Quand dans une société, tout le monde connaît sa place, il n’y a pas de problème et la paix règne. Ivoiriens, songez y.

                                                        Joël ETTIEN

                          Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.